AccueilRéflexionsVoyager pour échapper à la vraie vie (ou pour ne pas que...

Voyager pour échapper à la vraie vie (ou pour ne pas que la vie t’échappe?)

«Tu voyages pour fuir. Quand est-ce que tu vas revenir dans le monde réel?» Tous les voyageurs de longue durée ont été confrontés à cette question par la famille, les amis, les anciens collègues…

Qu’est-ce qui se cache vraiment derrière cette interrogation? Ça sent l’incompréhension, le jugement, l’envie, la jalousie, possiblement.

L’opinion générale semble être : voyager c’est bien, mais de façon modérée

Tel que Matt Kepnes de Nomadic Matt l’explique, voyager est valorisé, cependant de manière ponctuelle (pendant les études ou encore deux semaines par année dans un hôtel tout inclus dans les Caraïbes). Voyager longtemps, c’est de l’excès, ça doit cacher quelque chose. Un traumatisme? Un burnout? Un échec amoureux? Un manque de maturité? Ça ne cadre pas avec les règles non écrites du petit livre des normes de la société occidentale. Ceux qui voyagent longtemps, c’est pour s’évader de leurs problèmes.

Afrique du Sud - Voyager pour échapper à la vraie vie (ou pour ne pas que la vie t’échappe?) - Nomad Junkies
Photo : @nomadicemilie

Comme à tous ceux qui posent cette foutue question : VOUS AVEZ TOUS RAISON. Vous avez gagné. Oui, nous voyageons pour fuir!

Nous voyageons POUR FUIR VOTRE RÉALITÉ, votre définition de ce que la vie doit être.

NOUS NE SOMMES PAS ICI POUR NOUS ADAPTER À VOTRE MONDE, MAIS BIEN POUR BÂTIR LE NÔTRE.  Nous avons décidé de ne pas suivre la foule, mais de prendre la route la moins empruntée. Nous rejetons la formule classique métro-boulot-dodo. Nous ne voulons pas d’une petite vie rangée et tranquille. Nous avons soif d’aventures. Comme Chris McCandless d’Into the wild : voyage au bout de la solitude, nous pensons qu’une carrière est une invention du 20e siècle et nous n’en voulons pas. La vie, ce n’est pas que le travail. Nous aspirons à un mode de vie alternatif.

«La normalité est une route pavée : on y marche aisément, mais aucune fleur n’y pousse.» – Vincent Van Gogh

 

Plage Koh Rong - Voyager pour échapper à la vraie vie (ou pour ne pas que la vie t’échappe?) - Nomad Junkies
Photo : @nomadicemilie

NOUS NE SOMMES PAS ICI POUR SIMPLEMENT EXISTER, MAIS POUR VIVRE. Nous sommes des rêveurs et explorons le monde en quête de nouvelles expériences. Nous préférons le verbe «être» au verbe «avoir». Nous estimons que le courage est plus important que l’argent quand il s’agit de voyage. Nous ne sommes pas riches, nous priorisons pour voyager. L’argent avec lequel nous voyageons ne nous a pas été donné, nous l’avons gagné. Nous voyageons au prix de sacrifices, nous prenons des risques.

NOUS NE SAVONS PAS TOUJOURS POURQUOI NOUS VOYAGEONS, MAIS ÇA N’A PAS D’IMPORTANCE. Nous sommes fascinés par toutes les cultures, nous reconnaissons et apprécions la différence. Nous croyons que les sourires sont universels. Nous aimons les humains, mais adorons la nature. Nous voulons nous créer des souvenirs partout dans le monde. Nous ne manquons jamais une occasion de voir quelque chose de beau. Notre zone de confort est en continuelle expansion. Il n’y a rien qui arrive pour rien, il n’y a pas d’erreur, il n’y a pas de mauvais chemin, il n’y a pas de raison d’être désolé. Il est impossible d’être perdu, puisque nous sommes toujours exactement à l’endroit où nous devons être.

NOUS NE VOYAGEONS PAS UNIQUEMENT POUR NOUS DÉPLACER, MAIS POUR ÉVOLUER. Nous regardons toujours en avant, mais nous n’attendons jamais. Nous espérons, mais nous n’avons jamais d’attentes. Nous accordons notre confiance à la vie, aux inconnus. Nous explorons pour ouvrir nos horizons. Nous ne voulons pas changer le monde, mais que le monde nous change. Nous voyageons pour les rencontres, puisqu’après tout, la vie est faite pour être partagée et c’est la seule chose qui compte. Alors, autant la partager le plus souvent possible dans le plus d’endroits possible.

Et si la majorité des gens voyageait?

Et si adopter un mode de vie nomade devenait la norme? Nous émettrions un jugement suivi d’une question : «Tu n’as pas le courage de voyager. Quand est-ce que tu pars enfin découvrir le monde?»

D’ailleurs, qu’est-ce qui t’empêche de partir? C’est ça, absolument rien.

Tu es prêt à faire le grand saut? Trouve les meilleurs prix pour ton billet d’avion sur Kiwi, Momondo ou sur Flighthub!
Emilie Robichaud
Emilie Robichaud
Je suis accro au mode de vie nomade! J’ai quitté ma zone de confort pour voyager à temps plein. Mon tour du monde sans fin compte plus de 71 pays et ça continue! Le voyage, c'est un style de vie et un état d'esprit!
ARTICLES LIÉS

21 COMMENTAIRES

  1. Je suis impressionné par l’ouverture esprit de cet article et de chaque commentaire laissé à propos de celui-ci.
    Merci à vous, heureusement qu’il reste des gens comme ça !
    C’est pour moi la preuve concrète que le voyage permet de grandir tout en restant un grand enfant.
    Merci à chacun de vous.

    • Merci beaucoup Thomas! Quand j’ai écrit cet article, je ne pensais jamais qu’il y aurait autant de personnes qui partagent cette façon de penser et de vivre, ça me fait chaud au coeur. Mais je comprends également qu’être nomade n’est pas pour tout le monde et c’est très bien ainsi. Ce n’est pas blanc ou noir évidemment. Chaque personne est unique, chaque style de vie est unique. 🙂

  2. My god. J’ai des frissons. J’ADORE!

    Je promets de te citer régulièrement lol
    “Nous voyageons POUR FUIR VOTRE RÉALITÉ, votre définition de ce que la vie doit être.”

  3. J’avais raté ce merveilleux article lors de sa publication. Bravo ! Ça résume tellement ce que je pense. Même si je ne suis pas tout le temps nomade, c’est tout-à-fait ce que je pense et qui m’a poussée à devenir freelance. D’autres modes de vie sont possibles et merci de l’avoir dit haut et fort. Après, il y a toujours des personnes qui ne le comprendront jamais, malheureusement !

  4. Super article ! Tu décris tellement bien ce que la plupart d’entre nous doivent ressentir et en tout cas, ce que je ressens personnellement. c’est le genre d’article que j’aime garder sous la main et relire de temps en temps ou pendant les coups de blues qui arrivent parfois !! 🙂

  5. Merci Emilie pour cet article.
    Je suis en Asie pour 3 mois, mon premier long voyage. Et déjà je sais que c’est le début d’une longue série 🙂
    Mon seul regret est de ne pas être partie plus tôt !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Stp écris ton nom ici

Les p'tits derniers