AccueilCanadaVanlife en couple : comment on a vécu cette première expérience

Vanlife en couple : comment on a vécu cette première expérience

On entend de plus en plus parler de la « vanlife». Voyager sans arrêt, avec le strict minimum, vivre dans son campervan et dormir sur la route. Le film oscarisé Nomadland nous l’a montré, ce mode de vie fait rêver. Mon copain et moi n’avions jamais expérimenté la vanlife, encore moins loué de van, mais voyager en VR faisait partie de ma bucketlist de choses à faire au moins une fois dans ma vie.

Après avoir été coincés ensemble 24h sur 24, dans notre appartement 4 et demi durant la pandémie, nous voulions sortir de la routine et changer de décor.

Lorsque j’ai entendu parler de RVezy, l’équivalent de Airbnb, mais pour des VR, je me suis dit que c’était le moment d’essayer. La compagnie est 100 % canadienne et offre une location simple, sécuritaire et abordable. Pour une première expérience en campervan, j’ai décidé de partir le temps d’un week-end, question de voir si mon copain et moi aimions ça au point de repartir plus longtemps la fois d’après. En d’autres mots, c’était un avant-goût.

La location

© Marie St-Yves / Nomad Junkies

Je me suis rendue sur le site RVezy.com pour regarder les possibilités de vans qui s’offraient à nous. Il y en avait beaucoup dans la région de Montréal, où nous vivons. Nous avons donc sélectionné des filtres tels que la localisation, les commodités (pour cuisiner), ainsi que la taille du VR (le plus petit étant le mieux pour une première expérience de conduite en van). Nous n’avions pas besoin de permis spécial grâce à la petite taille du véhicule (un permis de conduite ordinaire fait l’affaire). Nous allions être encore plus serrés que dans notre appartement! Mais l’important, c’était de s’évader.

J’ai envoyé 3 demandes de réservation avec les dates de notre week-end « vanlife » dans l’espoir que l’une des trois soit approuvée par les propriétaires des VR. Moins de 24 heures après, notre demande pour la van Nissan de Marc-André (le propriétaire), à 150 $ la nuit, était acceptée. Nous avons trouvé notre échange avec Marc-André très sympathique et en quelques messages nous avions déjà arrangé les détails de notre réservation, de notre lieu et de notre heure de cueillette. Avec RVezy, nous avions l’esprit tranquille, car nous étions assurés durant l’intégralité du séjour. J’avais aussi sélectionné l’assistance routière en cas de pépin. Le total de la location nous revenait donc à 500 $ (2 nuits + l’assistance routière + les assurances + les frais + les taxes).

Information à savoir avant de louer : une chance que mon copain avait plus de 25 ans, car l’application RVezy ne m’approuvait pas à titre de conductrice du véhicule vu mon âge. À garder en tête, si vous êtes jeunes : soyez accompagné de quelqu’un de 25 ans ou plus. C’est une question d’assurances et d’années de possession d’un permis de conduire. J’ai posé mes questions sur le sujet par courriel au service à la clientèle de RVezy et en moins de 2 h, j’avais une réponse claire, personnalisée et en français.

L’escapade

© Marie St-Yves / Nomad Junkies

Comme plusieurs jeunes couples sans enfant (un chat, ça ne compte pas vraiment) et sans trop de responsabilités, mon copain et moi adorons faire des escapades d’un week-end, sortir de la ville, découvrir de nouveaux endroits et nous créer des souvenirs. Pour notre première expérience en campervan, nous avons choisi une destination près de Montréal, parce qu’à titre de débutants, nous ne savions pas encore si la conduite du véhicule allait être à la hauteur de nos compétences. Mon copain était tenté par l’Estrie, Magog fut la destination élue pour ce mini roadtrip.

Avant la petite escapade, nous avions acheté notre nourriture (avec beaucoup de snacks) et nos gallons d’eau potable. Nous avions préparé nos sacs de couchage, chaises pliantes de camping, oreillers, vêtements chauds, ustensiles de cuisine (poêle, casserole, assiettes, ustensiles, tasses) et une trousse de premiers soins. Des indispensables souvent sous-estimés : un grand sac poubelle (pour tous nos déchets), du papier journal (pour allumer les feux plus facilement) et un speaker (pour mettre à fond de la musique des années 80 dans la van).

Le jour du départ, nous nous sommes présentés en transport en commun au point de rendez-vous où Marc-André, le propriétaire du VR, nous a remis les clés de son véhicule. Il nous a expliqué toutes les informations à savoir et nous a même fait faire un tour d’essai pour que mon copain teste la conduite. Suite à l’inspection de la van, j’ai signé un document attestant le bon état et la prise de possession du véhicule. Nous avons ensuite pu prendre la route, direction Magog.

L’expérience

© Marie St-Yves / Nomad Junkies

Mon copain a trouvé naturelle la conduite du campervan. « C’est comme une voiture normale », disait-il. Nous n’avons pas eu de problème technique, donc pas eu recourt à l’assistance routière RVezy. La van comprenait tout le nécessaire pour nos deux nuits en camping.

La cuisinette qui incluait deux ronds au propane, un lavabo et un mini frigo, nous a permis de préparer nos déjeuners, dîners et soupers sans problème. La nuit, la table et les banquettes de la van se transformaient en lit, nous créant un cocon confortable et cosy pour dormir. Le chaleureux camper était parfait pour un couple. À cause de sa grande taille, mon copain avait les jambes un peu coincées dans le lit. Il a donc fini par dormir en diagonale et le problème était réglé. J’étais aussi bien heureuse que les petites toilettes de la van existent lorsque l’envie me prenait en pleine nuit et qu’il faisait 4 degrés dehors.

Quelle joie de se réveiller le matin avec le chant des oiseaux et l’odeur du bois qui compose les parois de la van ! Cette expérience nous a permis de sortir de la ville, de déconnecter de nos vies mouvementées et de prendre une bouffée d’air frais.

© Marie St-Yves / Nomad Junkies

Nos matinées débutaient par un thé chaud à siroter en écoutant la nature. Nos journées étaient remplies d’activités plein air comme une randonnée au parc national du Mont-Orford, une marche au Marais de la Rivière aux Cerises et une halte à l’Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac. Nos soirées se résumaient à des feux de camp, des guimauves, des verres de cidre, les chants des grenouilles et une pile de couvertures (du camping début mai, c’est frisquet). Cette première expérience en van fut vraiment plaisante. Le propriétaire du campervan était gentil, accessible et répondait rapidement si nous avions des questions. Nous dormions aussi sur nos deux oreilles sachant que nous étions aussi assurés si quelque chose arrivait avec le véhicule.

Pour rendre la van, nous sommes passés chez nous déposer nos 1001 sacs pour ensuite nous rendre au point de rendez-vous initial. Encore là, Marc-André m’a fait signer un document et nous avons pu repartir comme nous étions arrivés. Durant les jours qui ont suivi, mon dépôt de garantie m’a été remis et j’ai pu noter le véhicule que nous avions.

J’ai trouvé l‘application RVezy simple, sécuritaire et les locations abordables (en comparaison avec le prix d’un hôtel et d’une location de voiture). Je ne garde que de bons souvenirs de cette première expérience en VR. Suite à ce week-end vanlife, mon copain et moi avons tous les deux recommandé à nos proches la van de Marc-André pour leurs futures locations.

Quant à nous deux, on a juste vraiment hâte de retourner en campervan. Plus longtemps cette fois et peut-être aux États-Unis, qui sait?

Réserve ton camper ici

Location selon ta ville au Québec :

Marie St-Yveshttp://www.nomadjunkies.com
Que ce soit en goûtant des plats d’ailleurs ou en sautant en parachute, je plonge tête première dans les cultures des pays visités. Il y a 3 ans, j’ai découvert le voyage backpack en Asie et ce fût le coup de foudre. Depuis, je vis pour les nouvelles expériences et surtout… les paysages à couper le souffle
ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Stp écris ton nom ici

Les p'tits derniers