AccueilCOVID-19Post-pandémie : les années folles du voyage?

Post-pandémie : les années folles du voyage?

Depuis 1 an déjà, l’industrie du voyage et de l’aviation se trouve dans une zone de turbulence. Si toi aussi tes derniers plans de voyage ont été perturbés, ça doit te manquer de t’évader dans de contrées lointaines. Si les frontières ouvraient demain, où irais-tu? En attendant, à quoi peut-on s’attendre pour le voyage post-pandémie?

La disparition du voyage?

Lisa Marie Gaudreault @lisgaud

Je pense bien qu’on s’entend là-dessus : on a tous hâte de recommencer à voyager et à reprendre l’avion. Malgré la pandémie mondiale, certains d’entre nous ont conservé leur emploi et ont pu renflouer leur budget voyage. Qu’est-ce que le voyageur en toi ferait si du jour au lendemain : il était possible de visiter n’importe quelle destination? Je crois bien qu’on serait plusieurs à booker un vol sur-le-champ. À mon avis, lorsque le voyage va reprendre : il va exploser?. C’est ce que plusieurs experts de l’industrie de l’aviation croient aussi. Ils se questionnent même à savoir si les compagnies aériennes seront prêtes à un tel engouement.

Évidemment, ça demande beaucoup plus de ressources rouvrir un aéroport que de le fermer overnight. On s’attend donc à la création de plusieurs emplois dans ce secteur suite aux mises à pied récentes. (Yay!?)

Le staycation pour la prochaine année

Lisa Marie Gaudreault @lisgaud

On devra probablement encore rester au Canada pour les prochains mois. On prévoit que d’ici 2023, il y aura un rebond du tourisme domestique. En 2024, on parle d’une rémission complète. Il est difficile de prévoir ce qui s’en vient pour le voyage à l’international : chaque pays gère le virus de façon très différente. Les prédictions annoncent une bonne récupération pour 2024. L’Inde, la Chine, les États-Unis et le Canada sont les pays qui pourraient s’en remettre plus rapidement étant donné qu’on voyage déjà beaucoup à l’interne. C’est un bon moment pour visiter les Maritimes ou l’Ouest canadien si ce n’est pas déjà fait.

Le voyage repensé ♻️

Lisa Marie Gaudreault @lisgaud

Depuis mars 2020, les canaux de Venise se sont éclaircis : ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres pour te montrer que notre façon de voyager avant la pandémie n’était peut-être pas la plus propre. Avant de repartir, je crois qu’on devra repenser à notre rôle en tant que voyageur afin de voyager de façon plus verte.

Les géants de l’industrie ont déjà commencé à le faire. Ils évaluent leurs impacts environnementaux pour prévoir un avenir plus responsable. Je pense qu’on est rendu là. On parle de carburant durable et même d’appareils volants électriques … encore faut-il que ces technologies soient approuvées. D’ailleurs, Air Canada veut atteindre zéro émission nette de gaz à effet de serre pour 2050. Parle-moi de ça!

Vers un passeport santé

Lisa Marie Gaudreault @lisgaud

On parle partout de ce fameux passeport vaccinal. Qu’on soit pour ou contre, je crois fortement que c’est ce qui nous attend si on veut retrouver notre liberté de nomade. Pour se relever de la pandémie, l’industrie du voyage devra travailler à rétablir son lien de confiance avec les voyageurs. Ça passe par le vaccin. Avec un passeport santé, je pense qu’on se sentira pas mal plus en sécurité dans l’avion ainsi qu’à destination si les autres autour de nous sont vaccinés.

Du côté de l’Israël

En Israël, le passeport santé est bel et bien implanté. Les gens qui ont reçu deux doses du vaccin contre la COVID-19 ont récemment pu assister à un show organisé par le gouvernement. Les restos, les clubs, les gyms sont ouverts (seulement les Israéliens vaccinés ont pu retrouver cette liberté). La vie est enfin repartie!

On ne réinvente pas la roue

Si tu as déjà voyagé en Afrique ou en Amérique latine, tu dois être familier avec le certificat de vaccination contre la fièvre jaune. En effet, plusieurs pays recommandent, voir même exigent, cette preuve de vaccination. Lorsque j’ai dû me rendre au Nicaragua en passant par la Colombie, ma preuve vaccinale contre la fièvre jaune était obligatoire sans quoi je ne rentrais pas au pays. À mon avis, c’est le même principe que le vaccin contre la COVID-19.

Le retour des années folles?

Après s’être privé pendant plusieurs longs mois, comment va-t-on réagir lorsqu’on aura la permission de faire tout ce dont on a envie? Je pense qu’on pourrait vivre des années folles, comparable à celles des années 20. Après la Première Guerre mondiale, c’était une période prospère. Les gens étaient sur le party, les terrasses se créaient et l’industrie du spectacle fleurissait. Si c’est ce qui s’en vient pour nous, l’industrie du voyage n’en fera certainement pas exception.

C’est certain qu’un événement majeur comme une pandémie mondiale changera à jamais le voyage et l’aviation. Peut-être pour le mieux. On peut faire un parallèle avec le 11 septembre 2001 qui a permis d’améliorer les procédures de sécurités entourant nos déplacements.

Et toi, quand toutes les frontières seront ouvertes, quelle sera ta prochaine prochaine destination? ✈️

Source : Webinar McGill University School of Continuing Studies : « The Future of Aviation : A Conversation with Industry Leaders »

Lisa Marie Gaudreault
Je suis agente de bord, nutritionniste, professeure de yoga, rédactrice, mais surtout nomade. J’ai habité au Nicaragua et dans l’Ouest canadien. Voyager vient combler chez moi mon besoin de me renouveler sans cesse et ma curiosité insatiable. L'un de mes buts est d'éduquer les voyageurs afin qu'ils voyagent de façon plus responsable en accord avec la nature.
ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Stp écris ton nom ici

Les p'tits derniers