AccueilPortugalPVT : Comment planifier une année parfaite au Portugal à voyager et...

PVT : Comment planifier une année parfaite au Portugal à voyager et travailler grâce à ce visa

Présenté par

Imagine un paradis pour les surfeurs, qui a 300 jours de soleil par an. Cela te donne envie de sauter dans le prochain avion disponible? Il serait peut-être temps de déménager au Portugal! Ici, tu peux vivre une vie de rêve en travaillant et en voyageant, un peu comme Weam, qui a quitté Toronto pour faire un Permis Vacance-Travail (aussi appelé Youth Mobility Visa) au Portugal. Sa vie a fait un 180 complet, et il ne pourrait pas en être plus heureux.

Qu’est-ce qui t’a poussé à demander un Permis Vacances-Travail (PVT) au Portugal?

« Je n’étais jamais parti à l’aventure à l’étranger avant novembre 2019. J’ai passé deux semaines à San Francisco, une expérience qui a changé ma vie et qui m’a poussé à sortir de ma zone de confort et à mieux me connaître. Je ne pouvais pas vraiment faire ça dans une ville comme Toronto.

Puis la pandémie a frappé, et plus rien ne faisait du sens. Toronto est une ville si chère. Tu dois travailler au moins deux emplois pour pouvoir maintenir un bon style de vie. Je suis arrivé à un point où je me suis demandé pendant combien de temps j’allais pouvoir tenir. Je voulais me réinventer, essayer quelque chose de nouveau et repousser mes limites ».

© Nomad Junkies

Pourquoi as-tu choisi de voyager et travailler au Portugal avec le Permis Vacances-Travail?

« Je suis une personne très pragmatique. J’ai donc fait des recherches et créé un diagramme de Venn pour m’assurer que je cochais toutes les cases. Je voulais trouver un endroit en Europe à prédominance anglophone, qui soit relativement bon marché et qui soit toujours ensoleillé. Quand j’ai combiné ces trois facteurs, quatre villes me sont venues à l’esprit : Porto, Lisbonne, Madrid et Barcelone.

J’ai demandé à mes amis voyageurs quelle ville me conviendrait le mieux, et trois amis sur quatre ont répondu Lisbonne. C’était moins centré sur la vie nocturne et plus calme. Lisbonne ressemble beaucoup à San Francisco avec son fameux pont rouge. C’est comme des villes sœurs, c’était le destin ».

© Weam Charaf Eddine / Nomad Junkies

Comment ta famille et tes amis ont-ils réagi lorsque tu leur as annoncé la nouvelle?

« Tout le monde a été surpris et m’a demandé pourquoi je voulais déménager. Originaire du Liban, je vivais à Toronto depuis plus de dix ans. Ils trouvaient que mon idée de devenir nomade numérique était irrationnelle, surtout pendant la COVID. Beaucoup de personnes n’ont pas vraiment été d’accord avec ce changement, à l’exception de mes amis très proches, qui me comprenaient ».

© Weam Charaf Eddine / Nomad Junkies

Quelles démarches as-tu faites pour demander un Permis Vacances-Travail au Portugal?

« Le Portugal a environ sept types de visas différents. Je ne savais pas lequel demander. J’ai rejoint un groupe Facebook appelé “Canadiens au Portugal” et je me suis rendu compte que beaucoup de personnes se posaient les mêmes questions que moi. Cela m’a conduit au site Web d’Expérience Internationale Canada, où j’ai découvert le Youth Mobility Visa pour aller au Portugal.

J’ai rempli tous les papiers, j’ai envoyé un e-mail et me suis rendu à l’ambassade en personne pour soumettre ma candidature. Seulement quatre mois se sont écoulés entre le jour où j’ai pris la décision de partir et celui où j’ai enfin pris l’avion ».

© Weam Charaf Eddine / Nomad Junkies

Comment as-tu justifié de passer d’un emploi à temps plein au Canada à un emploi à temps partiel au Portugal?

« On pourrait penser que je gagnerais moins d’argent en échangeant mon poste d’ingénieur pour un poste à temps partiel au Portugal. Mais cela n’a pas été le cas en raison des tranches d’imposition au Canada. Après ma graduation, malgré être passé du marketing au conseil en ingénierie, mon salaire a diminué car je payais plus d’impôts, en ayant pourtant plus de stress. J’ai dû me demander si cela valait la peine de travailler autant, pour peu de gains.

En optant pour un emploi à temps partiel, je réduirais peut-être mon revenu brut, mais je gagnerais plus d’argent net en vivant à l’étranger. Je payais près de 1 500 $ pour un loyer à Toronto, ce qui est d’ailleurs assez bon marché. À Lisbonne, je pouvais payer 500 $ par mois pour un appartement au centre-ville, qui comprenait les services publics et l’Internet.

Au Portugal, je travaillais 10 heures par semaine et j’étais capable de subvenir à mes besoins et de vivre beaucoup plus confortablement que lorsque je travaillais 40 heures et plus par semaine avec mes deux emplois à Toronto ».

© Nomad Junkies

Quelles ressources as-tu utilisées pour trouver un emploi pendant ton PVT au Portugal?

« J’avais déjà un emploi à temps partiel en ligne à Toronto, mais je pensais que je pourrais sûrement passer à un emploi à temps plein au Portugal.

À mon arrivé, j’ai commencé à faire des recherches et je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas beaucoup d’opportunités d’emploi sur le site Web d’Indeed. Ensuite, j’ai cherché “emplois pour anglophones au Portugal” sur Google, et plusieurs sites Web sont apparus, adaptés à des personnes dans ma situation. J’ai fini par décrocher quelques entrevues. On m’a offert un emploi et ils m’ont demandé mon NIF, qui est l’équivalent du NAS au Canada.

Pour obtenir ton NIF, tu as besoin d’une adresse physique, d’un compte bancaire et d’un numéro de téléphone. J’ai utilisé mon adresse Airbnb, j’ai ouvert un compte bancaire chez Revolut, une banque virtuelle, et j’ai obtenu un numéro local. En fin de compte, mes plans ont changé, donc je n’ai jamais obtenu le NIF ».

© Nomad Junkies

Comment as-tu trouvé l’emploi que tu as maintenant?

« Heureusement, j’avais des contacts au sein d’organisations à but non lucratif à Toronto. Je travaillais déjà avec des groupes marginalisés. J’ai lancé une plateforme pour promouvoir l’importance de la santé mentale, appelée Meditate For Change. À l’époque, je gérais aussi un groupe appelé Beyond Toronto Life, qui regroupait des randonneurs urbains chaque semaine. Quand la COVID est arrivée et que nous ne pouvions plus nous réunir pour marcher ensemble, j’ai voulu leur offrir mon soutien. C’est alors que je me suis souvenu de mon arme secrète : la méditation.

J’ai commencé à faire des méditations guidées en ligne et à apprendre aux gens comment méditer. Ensuite, j’ai été appelé à faire des ateliers avec des groupes minoritaires, comme les réfugiés, les sans-abri et la communauté LGTBQ. J’ai décroché un emploi à temps partiel en tant que facilitateur et recruteur pour une organisation à but non lucratif, et maintenant, j’ai commencé une toute nouvelle carrière en tant que nomade numérique. Je fais des ateliers et du consulting sur la diversité, l’équité et l’inclusion (DEI).

JE SUIS TRÈS SATISFAIT DE MON TRAVAIL, CAR JE PEUX VOIR SON IMPACT ».

Comment as-tu trouvé ton logement au Portugal?

« J’avais réservé un Airbnb avant d’arriver, mais les gens chez qui j’étais censé rester ont attrapé la COVID. J’ai donc dû rester chez quelqu’un d’autre. J’ai aimé passer par Airbnb parce que j’ai pu rester avec une famille, donc je n’étais pas seul. J’ai aussi pu apprendre la langue, même si tout le monde à Lisbonne ne s’attend pas à ce que tu parles portugais.

J’ai regardé d’autres types de logements et de locations disponibles, mais la plupart demandaient de signer un bail d’un an. Je recommanderais donc de commencer par choisir un logement qui te permet de partir facilement, puis de faire la transition vers quelque chose de plus permanent, au besoin ».

© Weam Charaf Eddine / Nomad Junkies

Comment as-tu fait des amis pendant ton Permis Vacances Travail?

« Le Portugal est si multiculturel. Il a été très facile pour moi de rencontrer d’autres expatriés : beaucoup d’Américains, de Canadiens, de Britanniques, d’Allemands et de Français. Je me suis fait quelques amis sur des groupes Facebook et via des groupes Meetup, créés spécialement pour les anglophones, les expatriés et les nomades numériques.

Un jour, j’ai vu un groupe de Français en train de s’amuser et de boire sur la plage. Je leur ai parlé un peu en français, et ils m’ont invité à une soirée chez eux. Ils étaient tellement gentils. Cela n’arriverait jamais à Toronto ».

© Nomad Junkies

Quelles sont les différences principales entre la vie au Canada et la vie au Portugal? As-tu dû t’ajuster ou t’adapter?

« Le climat et la culture. La température ne descend pas en dessous de 15 degrés Celsius à Lisbonne. Il fait beau tous les jours! J’ai littéralement nagé dans l’océan en janvier. Et le rythme de vie est si lent là-bas, c’est comme être dans une retraite.

Une chose qui m’a surpris, c’est que tous les restaurants ferment entre 15h et 19h. Il est donc important de planifier ta journée en fonction de ça!

J’ai beaucoup appris sur la culture portugaise en sortant beaucoup, tout le temps. Je ne pouvais pas tant faire ça à Toronto. C’est un mode de vie différent.

Je me suis retrouvé à vivre et à explorer davantage en solo, à aller à la plage ou à m’asseoir seul dans un parc, parce que ces choses-là ne me faisaient plus peur. Au Portugal, beaucoup de gens s’assoient au parc et boivent du café ou des jus de fruits frais, pendant qu’ils profitent du Wi-Fi.

La vie ordonnée de Toronto m’a toutefois manquée, comme le fait de savoir exactement à quelle heure le bus va passer, quoi faire en cas de souci et comment commander de la nourriture. Mais comme avec n’importe quel endroit, on s’adapte ».

© Nomad Junkies

L’argent que tu as gagné avec ton travail à temps partiel pendant ton Permis Vacances-Travail a-t-il été suffisant pour couvrir le coût de la vie au Portugal?

« Oui. J’avais économisé suffisamment pour me sentir en sécurité pendant un an, au cas où je ne trouvais pas d’emploi à mon arrivée. Mais je n’ai utilisé aucune de mes économies parce que mes dépenses ont diminué. C’était vraiment choquant quand j’ai fait les calculs et que je me suis rendu compte qu’il était beaucoup moins cher de vivre à l’étranger qu’à Toronto ».

© Weam Charaf Eddine / Nomad Junkies

Quels sont tes endroits préférés à Lisbonne et ses environs?

« Lisbonne est composée de sept collines différentes, et chaque colline a sa propre ambiance. Certaines sont touristiques, et d’autres sont plus destinées aux locaux. J’ai beaucoup aimé apprendre à connaître chacune d’entre elles.

La plage de Costa da Caparica était mon endroit préféré. C’est là que vivent tous les Français.

J’aimais aussi beaucoup aller au restaurant pour découvrir de nouveaux plats. Au Portugal, ils mangent beaucoup de fruits de mer frais, non congelés et très savoureux, ce qui était parfait pour moi, car je suis pescétarien. Tu peux aussi trouver une grande variété de cuisines, de l’espagnole, à la vénézuélienne et la brésilienne.

Dans l’ensemble, Lisbonne est une ville magique. Il y avait une belle ambiance romantique ».

Quels autres endroits as-tu visité pendant ton Permis Vacances-Travail?

« Je suis d’abord allé à Paris, en France, car mes amis français étaient très généreux, affectueux et solidaires. Mais c’est toujours délicat de gérer ses attentes par rapport à la réalité. Je n’ai pas vraiment eu la meilleure expérience. C’est une belle ville, mais cela a été difficile d’être témoin du racisme systémique et d’autres problèmes sous-jacents.

Ensuite, je suis allé à Berlin et j’en suis tombé amoureux. C’est une ville multiculturelle, diverse et facile à parcourir avec ses nombreux transports en commun. Maintenant que j’ai découvert la beauté de découvrir de nouveaux endroits, je me rends compte que c’est un style de vie que je veux adopter ».

Tu aimerais aussi: Bières, châteaux et eurotrip : pourquoi tu devrais déménager une année en Allemagne

Quelles sont tes prochaines étapes après ton Permis Vacances-Travail au Portugal?

« C’est au Portugal que j’ai démarré mon style de vie de nomade numérique. Je me suis rendu compte qu’il était désormais temps de me concentrer sur mon entreprise et sur moi-même. Je n’avais pas le mal du pays en soi, mais je ne pouvais pas rester là-bas plus de cinq mois (avec le Youth Mobility Program). Je me suis retrouvé à devoir faire de nouvelles rencontres très souvent, sans pour autant les garder sur le long terme, alors que j’apprécie vraiment les connexions profondes.

J’ai donc décidé de renouer avec mes racines. Je suis retourné au Liban (ce que je n’aurais jamais pensé faire), pour me rapprocher de ma famille. J’ai commencé à faire du coaching de vie et je suis toujours en train de m’habituer au travail à distance. Bientôt, j’aurai suffisamment de projets pour passer à l’étape suivante, et voyager dans un nouveau pays tous les deux ou trois mois. Ce style de vie sera plus durable pour moi, si j’ai une base à laquelle je peux toujours revenir.

TOUTE MA VIE A CHANGÉ. J’ai BEAUCOUP PLUS de plaisir, PLUTÔT QUE D’ÊTRE TOUJOURS CONCENTRÉ SUR LE TRAVAIL ».

© Weam Charaf Eddine / Nomad Junkies

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui pense demander un Permis Vacances-Travail au Portugal?

« Profite du processus, tout simplement. Commence par faire tes recherches, découvre quelles villes te conviennent le mieux, et demande-toi pourquoi tu es là et ce que tu veux accomplir.

Quand tu seras arrivé à ton nouveau pays, attends-toi à mettre tes croyances et ton style de vie de côté. Tu es là pour apprendre. Comme on dit, “à Rome, fais comme les Romains”. Tu dois être prêt à explorer de nouveaux chemins. Profite du temps passé là-bas, de la météo et de la nourriture, et connecte-toi à ton environnement, tout simplement.

AU PIRE, TU APPRENDRAS QUELQUE CHOSE. MÊME SI TU REVIENS APRÈS UN AN, TU N’AURAS RIEN PERDU. PAR CONTRE, TU PEUX BEAUCOUP PERDRE SI TU N’ESSAIES PAS ».

C’est quand même fascinant que Weam ait suivi un processus de décision aussi rationnel pour en arriver là où il est aujourd’hui, plus libre que jamais. 

Tu peux suivre son initiative de santé mentale  « Meditate for Change ». 

Obtiens un Permis Vacances-Travail pour le Portugal ici!

Informations utiles pour un Permis Vacances-Travail au Portugal

Hébergement

Sites web pour trouver des locations à court et à long terme :

Informations importantes à propos du marché locatif au Portugal :

  • Les charges ne sont souvent pas incluses (sauf pour Airbnb ou équivalent) et semblent se situer en moyenne entre 80 et 200 €/mois.
    • Certains sites web clarifient ce point (comme Spotahome) et d’autres ne fournissent que rarement des informations à ce sujet (comme Idealista).
  • Fais attention à l’efficacité énergétique des appareils électroménagers (ils affichent des scores de A+ à G, G étant le plus inefficace) car cela aura un impact sur tes factures d’électricité.
  • Les expats recommandent généralement de trouver des logements équipés de systèmes de climatisation et de chauffage séparés, car les étés sont chauds et les hivers plus froids que prévu.
    • La plupart des bâtiments portugais ne sont pas conçus avec une ventilation pour évacuer l’air, de sorte que l’humidité de l’hiver a tendance à rester à l’intérieur, rendant parfois l’intérieur encore plus froid que l’extérieur.

Apprendre le portugais

Recommandations de Weam :

  • Recherchez les 500-1000 mots les plus utilisés et crée des flashcards (papier ou numérique)
  • Commence avec une app pour apprendre les bases, puis passe aux podcasts.
  • Utilise YouTube pour obtenir des informations spécifiques rapides (mais utiles).
  • Une fois que tu as acquis les connaissances de base, essaie de noter régulièrement 3 à 5 phrases dans un journal, puis lis les à haute voix.
  • Tu peux aussi t’imaginer dans une situation de la vie de tous les jours (comme passer à la caisse à l’épicerie) pour construire un dialogue fictif.
  • Utilise Linguee pour t’aider à traduire des mots ou des phrases spécifiques

Applications pour téléphones/ordinateurs :

Sites web (avec des cours, vidéos YouTube videos, podcasts et plus) :

Réseautage et ressources en ligne

Groupes Facebook :

Sites web et forums :

Chaînes YouTube :

Ouvrir un compte de banque

Informations importantes :

  • Tu auras besoin d’un NIF
  • Vérifie les commentaires du service à la clientèle (sur Google ou par le biais de groupes Facebook), car les banques peuvent être soumises à une bureaucratie portugaise plus lente.
  • Recommandation personnelle : utilise Wise pour transférer de l’argent entre ton compte bancaire canadien et portugais.

Pour ouvrir un compte bancaire à distance :

  • Si tu es situé à Toronto, tu peux visiter Caixa à Toronto en personne.
  • Utilise bordr.io ($350USD)
  • Tu peux faire ta demande auprès de Millennium BCP à distance, à condition de faire authentifier tes documents par les acteurs concernés. 

Quelques options de banques au Portugal une fois que tu as un NIF :

  • BPI
  • Santander (site web uniquement en portugais)
  • Millennium BCP
  • ActivoBank – banque en ligne ciblant les jeunes, faisant partie de Millennium (sans frais)
  • Novo Banco
  • Banco Best (sans frais)

Expédier tes effets personnels au Portugal

Le Luggage Certificate pour l’expédition de conteneurs t’évitera de devoir payer des droits de douane sur tes biens expédiés.

Recommandations de compagnies d’expédition (provenant du groupe Facebook) :

  • Viso Shipping Freight Inc
  • UPakWeShip
    • D’après un commentaire d’un groupe Facebook : « Ils étaient géniaux parce qu’ils expédient vers un port d’entrée de l’UE qui n’est pas le Portugal (la douane portugaise est un cauchemar) et livrent ensuite au Portugal ».

Obtenir un permis de conduire portugais

Une fois que tu es au Portugal, tu as 90 jours pour échanger ton permis canadien contre un permis portugais si tu es pour l’utiliser activement.

Toutefois, si tu n’utilises pas ton permis tant que ça, tu as deux ans à partir du jour de ton arrivée pour échanger ton permis avant de devoir passer un examen de conduite portugais.

Si tu souhaites conserver ton permis de conduire canadien mais que tu veux quand même conduire au Portugal, tu as deux options :

  • Passer un examen de conduite au Portugal
  • Obtenir un permis de conduire international par l’entremise de la CAA (coût : 25 $CAN), qui est valide pour 12 mois et renouvelable en ligne pendant que tu te trouves au Portugal.

À noter : la plupart des voitures au Portugal (et en Europe en général) sont manuelles.

Étapes à suivre pour échanger ton permis canadien contre un permis portugais :

  • Obtiens ton dossier de conduite certifié auprès de la SAAQ ou du service de ta province : tu dois obtenir la version ” longue ” (historique complet).
  • Il est possible que le dossier de conduite doive être authentifié et/ou traduit, il est donc recommandé de demander cette information au consulat. Ton permis au Canada peut t’autoriser à faire des choses qui nécessiteraient des « mentions spécifiques » au Portugal (par exemple, tirer une petite remorque) – tu dois vérifier auprès du consulat si tu peux conserver ces conditions ou obtenir une traduction.
  • Visite le site web de IMT. Tu auras besoin de:
    • NIF
    • Preuve de résidence
    • Scan du permis de conduire non expiré
    • Dossier de conduite authentifié du Canada
    • Certificat médical électronique d’un médecin

Inscription aux soins de santé au Portugal

Une fois que ta résidence est approuvée, tu peux t’inscrire aux soins de santé publics au Portugal. Pour ce faire, rends-toi au centre de santé local où tu te trouves avec l’équivalent portugais de ton numéro de sécurité sociale (reçu avec le SEF).

Certains optent pour une assurance maladie privée en complément de leur couverture par les soins de santé publics.

Parmi les options possibles, notons les compagnies d’assurance voyage (on recommande soNomad), ta banque locale, ou les courtiers d’assurance locaux pour recevoir des forfaits d’assurance, etc.

Liens utiles :

Choses à faire une fois arrivé au Portugal avec le Permis Vacances-Travail

  1. Tu dois réserver/t’assurer que tu as un rendez-vous avec SEF, qui devrait avoir lieu dans les 3-4 mois de ton arrivée au Portugal.
    • Sache que SEF est en train de devenir SEA, et qu’en raison des changements et de la COVID, les rendez-vous sont parfois retardés; cela n’aura pas d’impact sur ta capacité à être au Portugal avec le visa d’entrée pendant que tu attends ton rendez-vous.
  2. Si tu n’as pas obtenu un NIF avant ton arrivée, ce sera ta première étape.
  3. Si tu n’as pas ouvert de compte bancaire, c’est la deuxième étape.
  4. Si tu n’as pas trouvé de logement permanent (location à l’année ou achat d’une propriété), c’est également une priorité.

*Il y a eu un débat sur la question de savoir si une location Airbnb d’un an suffira lors de la première rencontre avec le SEF. Je recommande vivement de vérifier auprès de ton consulat local, et de t’assurer que tu as une réponse confirmée par écrit s’ils disent que c’est autorisé. En date du 28 juin, je n’ai encore connu personne qui ait réussi à obtenir sa résidence en utilisant une réservation Airbnb sans bail officiel.

5. Pour la rencontre avec le SEF, tu dois avoir :

    • Une preuve de ton assurance médicale d’urgence de six mois
    • Ton passeport
    • 2 photos d’identité en couleur
    • Une preuve de logement (à long terme : bail d’un an ou propriété achetée)
    • Une preuve de tes moyens financiers (comme pour ton visa d’entrée).

Si tu es un Canadien âgé entre 18 et 35 ans et que tu souhaites en savoir plus sur le Permis Vacances-Travail, assure-toi de visiter le site Web d’Expérience internationale Canada pour plus d’informations.

▶ ️ Pour encore plus d’inspiration, regarde notre série #NomadTALKS sur YouTube, où nous discutons avec d’autres Canadiens qui ont voyagé et travaillé à l’étranger.

L’entrevue originale a été réalisée en anglais par Safia Dodard et compilée par Britney Claveau. L’interview a été modifiée pour la longueur et de clarté.

Safia Dodardhttps://www.nomadjunkies.com
Je voyage parce que je suis accro au mode de vie nomade . J'ai quitté mon emploi en agence de pub pour explorer le monde, d'abord en backpack solo et maintenant avec ma petite famille. Rejoins notre communauté de nomades sur Facebook, Twitter et Instagram.
ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Stp écris ton nom ici

Les p'tits derniers