AccueilPays-BasCe visa te donne l'opportunité de travailler aux Pays-Bas (et d'explorer l'Europe...

Ce visa te donne l’opportunité de travailler aux Pays-Bas (et d’explorer l’Europe pendant un an)

Présenté par

As-tu déjà rêvé de vivre à Amsterdam, profiter pleinement de la vie comme les Hollandais ? Imagine-toi en train de faire du vélo le long des canaux, de te prélasser dans l’art, la gastronomie et la culture des Pays-Bas. Si cela te ressemble, tu pourrais être intéressé par une demande de Permis Vacances-travail aux Pays-Bas. Steph Truong t’explique comment une fille de Toronto, comme elle, a fini par vivre et travailler à Rotterdam pendant un an.

Qu’est-ce qui t’a poussé à demander un Permis vacances-travail aux Pays-Bas?

« C’est assez drôle, en fait. Je sortais avec un citoyen de l’UE intéressé par des études à l’étranger et il m’a demandé de le rejoindre. Cela semblait être l’excuse parfaite pour y aller. J’ai découvert qu’un Permis vacances-travail aux Pays-Bas était disponible pour les Canadiens de mon âge, alors je me suis dit, pourquoi pas ? C’était une trop grande opportunité pour la laisser passer. »

Comment ta famille et tes amis ont-ils réagi à ta décision de travailler et de voyager aux Pays-Bas?

© Steph Trung / Nomad Junkies

« Ils ont été assez présents et encourageants. Au début, mes parents étaient légèrement inquiets parce qu’ils ont déménagé au Canada de la Chine et du Vietnam pour donner à mon frère et moi une vie meilleure. Moi, vouloir quitter ce paradis idyllique d’un pays était super choquant pour eux. Mais à la fin, ils sont venus et étaient enthousiasmés par ma nouvelle aventure. Mes amis étaient évidemment ravis, car maintenant ils auraient un endroit où rester aux Pays-Bas. Et (espérons-le) un peu triste parce que je partais. Beaucoup de sentiments mitigés à coup sûr. »

Comment as-tu demandé et préparé un Permis vacances-travail aux Pays-Bas?

« Le PVT est assez simple à préparer et à obtenir, car il est ouvert à un si large éventail de Canadiens. J’aime être préparé, et tout ce qui se passe à l’étranger était un peu intimidant, alors j’ai appelé le bureau de l’immigration aux Pays-Bas à quelques reprises avant de partir. J’ai demandé de quel genre de documents j’avais besoin, quels documents je devais apporter et si je pouvais remplir la demande au Canada avant mon arrivée. La dame à qui j’ai parlé était super sympa, et elle m’a rassurée que je pouvais juste me présenter. Les Canadiens bénéficient de l’exception touristique de 90 jours, vous pouvez donc y rester jusqu’à trois mois avant de présenter une demande.

Je suis allée au bureau de l’immigration au cours de ma première semaine aux Pays-Bas et j’ai remis mes papiers ainsi que mon certificat de naissance, mon passeport et une preuve de fonds pour rentrer chez moi. Ensuite, j’ai eu un autocollant dans mon passeport et j’ai dû attendre une semaine pour récupérer mon permis de séjour pour l’année. C’était assez facile. »

A-t-il été difficile de trouver un emploi avec un Permis vacances-travail ?

© Nomad Junkies

« L’environnement de recherche d’emploi était le même que n’importe quel autre. Il y a beaucoup de travailleurs qui postulent. Mais heureusement, dans ce monde numérique, il y a beaucoup d’opportunités. Il m’a fallu deux à trois mois pour trouver un emploi dans mon secteur. Je suis illustratrice et designer, j’ai donc réalisé des projets indépendants pour des clients locaux et des clients que j’avais de retour à Toronto. Après plusieurs entretiens, j’ai trouvé un emploi dans une entreprise de technologie et j’y ai travaillé pendant un an.

Certaines entreprises craignent d’embaucher des personnes avec un Permis vacances-travail, car elles partent au bout d’un an. Heureusement, mon entreprise figurait sur une liste de partenaires reconnus qui peuvent donner aux travailleurs un Knowledge Migrant visa, ce qui m’a permis de rester dans le pays indéfiniment, tant que j’y étais employée. »

Y a-t-il des sites Web spécifiques que tu recommandes d’utiliser pour affiner une recherche d’emploi?

« Il y a quatre ans, j’utilisais Indeed. Plus récemment, un recruteur m’a trouvée sur LinkedIn après avoir changé d’emplacement à Rotterdam, où je vivais. C’est une bonne idée de garder votre profil LinkedIn à jour et de mettre à jour votre emplacement. C’est un excellent moyen d’attirer plus de recruteurs de cette région. »

Est-il possible de trouver du travail aux Pays-Bas si tu ne parles pas néerlandais ou si tu es encore en train d’apprendre?

© Steph Trung / Nomad Junkies

« Cela dépend en grande partie du type de travail dans lequel tu travailles, car presque tout le monde parle anglais. Je ne connaissais pas le néerlandais, mais j’ai essayé d’apprendre en vivant là-bas. Bien que l’apprentissage de la langue ne soit pas un énorme atout pour votre travail, étant donné que de nombreuses entreprises sont internationales, cela t’aidera socialement. Mon néerlandais n’était pas génial, mais mes amis ont aimé que je fasse un effort et j’ai essayé de m’intégrer. J’ai commencé à rencontrer plus de gens et le fait de pouvoir discuter en néerlandais a élargi mon cercle social. »

Quelles sont les principales différences entre vivre aux Pays-Bas et vivre au Canada?

« Les deux endroits sont assez confortables à vivre. Les Pays-Bas sont un pays très multiculturel et dynamique. Tu rencontres des gens de tellement de pays, de nationalités et d’horizons différents, plus qu’au Canada. C’était un peu choquant au début d’apprendre à comprendre les panneaux de signalisation néerlandais. Aller à l’épicerie et voir différents légumes et emballages et des œufs non dans le réfrigérateur était étrange. Et ça me manquait de pouvoir bavarder de tout et de rien. Maintenant que je suis de retour, j’ai discuté avec tout le monde, et maintenant cela peut sembler un peu ennuyant.

Une autre chose à noter est que tout le monde fait du vélo partout aux Pays-Bas. Garde à l’esprit que tu ne peux pas verrouiller ton vélo n’importe où., Tu remarqueras des panneaux indiquant « Niet Fietsen », ce qui signifie « pas de vélos ». Je l’ai appris à la dure. J’ai enfermé mon vélo près de la gare pendant ma première semaine, ce qui est un gros non-non. Quand je suis revenue de mon entretien, mon vélo n’était plus là ! Il s’avère que les Pays-Bas ont quelque chose comme la police des vélos qui circule dans d’énormes camions, et s’ils repèrent un vélo verrouillé au mauvais endroit, ils mettent un autocollant dessus. Vous avez peut-être trente minutes pour récupérer votre vélo. Ensuite, ils publient une photo de vélo sur un site Web. J’ai dû payer deux fois pour récupérer mon vélo. »

Où as-tu voyagé aux Pays-Bas pendant ton Permis vacances-travail?

« Voyager était de loin la meilleure partie. Vers la fin de mon voyage (parce que j’y suis arrivée pour la première fois au début de la pandémie), j’ai pu voir beaucoup du pays. Je suis allée visiter différentes îles, tous les petits villages qui entourent Rotterdam et dans les grandes villes qui composent la Randstad.

De plus, j’ai essayé de profiter de la facilité de se rendre dans d’autres pays. Tu peux prendre un train, un bus, louer une voiture, un court vol et tu es en Espagne, en France, en Slovénie… J’ai essayé d’aller quelque part tous les mois. »

As-tu des trucs et astuces pour voyager pas cher?

« C’est une bonne idée de consulter le site Web des trains, où ils vous montreront les horaires et les prix pour quelques mois à venir. De cette façon, tu peux voir les tendances tarifaires et savoir quels jours de la semaine sont les moins chers. En outre, tu peux t’inscrire à des listes de vols locaux en t’abonnant à des e-mails qui te donnent accès à des promotions hebdomadaires ou mensuelles pour des vols bon marché vers des destinations européennes populaires. Ou tu peux traquer les vols Google. »

Que dirais-tu à quelqu’un qui hésite à faire un Permis vacances-travail aux Pays-Bas?

« Vas-y, sans aucun doute ! Si quelqu’un se sent nerveux ou craint de l’essayer, je lui conseillerais de vivre pleinement cette aventure. C’est énervant avec raison !

C’EsT BIEN PLUS
QU’UNE SIMPLE EXPÉRIENCE AMUSANTE
DANS UN NOUVEAU PAYS.

Je me suis fait des amis pour la vie et j’ai beaucoup appris sur moi-même.

J’ai également eu l’opportunité de travailler dans une autre culture et de comprendre leurs traditions et leurs coutumes. J’ai pu voir d’autres pays avec facilité. Ce fut une expérience très significative pour moi. »

Il y a tout un monde à découvrir si tu es prêt à sortir de ta zone de confort et à tenter ta chance dans un nouvel endroit !

Toi aussi, tu peux vivre une année d’aventure à l’étranger! Si tu es un Canadien âgé entre 18 à 30 ans et que tu souhaites voyager et travailler à l’étranger après la pandémie, tu trouveras tous les détails sur la façon de présenter une demande pour chaque pays, y compris le Permis vacances-travail aux Pays-Bas, sur le site Internet Expérience internationale Canada.

Les NomadTALKS sont fièrement présentés par Expérience internationale Canada (un programme du Gouvernement du Canada).

L’entrevue originale a été réalisée par Safia Dodard et compilée par Britney Claveau, adapté en français par Audrey Provost. L’interview a été modifiée pour la longueur et de clarté.

Safia Dodardhttps://www.nomadjunkies.com
Je voyage parce que je suis accro au mode de vie nomade . J'ai quitté mon emploi en agence de pub pour explorer le monde, d'abord en backpack et maintenant avec le cirque. Rejoins notre communauté de nomades sur Facebook, Twitter et Instagram.
ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Stp écris ton nom ici

Les p'tits derniers