AccueilEuropeNorvègeCette Québécoise a une vie de rêve en Norvège (et te dévoile...

Cette Québécoise a une vie de rêve en Norvège (et te dévoile comment faire)

Présenté par

As-tu déjà rêvé de veiller sous le soleil de minuit après avoir passé la journée à explorer des fjords? Tu peux faire ça et bien plus encore en voyageant et travaillant en Norvège avec un Permis vacances-travail! Pour profiter pleinement des quatre saisons nordiques, il faudrait que t’y restes au moins un an. Et si on te disait ça peut se faire facilement aujourd’hui?

© Anouk Brisebois / Nomad Junkies

On a rencontré la voyageuse canadienne Anouk Brisebois, pour parler de son expérience norvégienne depuis chez elle, à Oslo. Elle a utilisé le fameux permis de vacances-travail pour voyager et travailler en Norvège après deux sessions d’études à l’étranger. Aujourd’hui, elle y vit à temps plein. Après avoir lu son histoire, on parie que tu auras envie d’y aller aussi!

Comment t’es-tu retrouvée en Norvège et depuis combien de temps y habites-tu?

© Anouk Brisebois / Nomad Junkies

« Je suis venue en Norvège pour la première fois en 2017 pour un échange étudiant dans le cadre de ma maîtrise. L’expérience ne devait durer qu’une session, mais j’ai fini par rester deux sessions après avoir rencontré mon chum, qui est norvégien. Quand mon permis d’études a expiré, j’ai dû retourner au Québec pour terminer ma maîtrise. Entre-temps j’ai cherché tous les moyens possibles pour retourner en Norvège auprès de mon copain, qui est aujourd’hui mon mari. Je voulais aussi continuer à profiter du mode de vie norvégien que j’adorais. C’est alors que j’ai découvert le Permis vacances-travail en Norvège.

© Anouk Brisebois / Nomad Junkies

Ce n’est pas si difficile d’y postuler. Tu dois remplir quelques documents, te conformer à certaines conditions et prendre un rendez-vous avec l’ambassade du pays où tu veux aller. Ils rassemblent tes documents et les envoient en Norvège (ou dans le pays de ton choix). Une fois approuvé, tu as ton permis! J’ai profité du PVT de janvier 2019 jusqu’à son expiration en février 2021. Maintenant, j’ai un visa de travail permanent. »

Qu’as-tu fait en premier quand tu es arrivée en Norvège?

© Anouk Brisebois / Nomad Junkies

« La première chose à faire est de contacter le bureau des impôts pour obtenir ton numéro national d’identité. Les Norvégiens appellent ça aussi un numéro D ou un numéro d’identification, selon la durée de ton séjour. Tu en as besoin pour consulter un médecin, pour ouvrir un compte bancaire, pour obtenir un numéro de cellulaire, pour louer un appartement, pour faire installer l’électricité, etc.

Ensuite, tu voudras ouvrir un compte bancaire. Ça peut être délicat, car beaucoup de banques demandent des informations sur ton emploi ou une copie de ton contrat de travail. C’est un peu l’histoire de la poule et de l’œuf, selon si tu trouves du travail avant ou après.

© Anouk Brisebois / Nomad Junkies

Tu auras besoin de trouver un appartement, bien sûr. Il y a un super site Web qui s’appelle FINN, qui est un peu l’équivalent norvégien de Kijiji pour les personnes qui cherchent un logement. »

As-tu des recommandations sur comment se faire des amis quand tu ne parles pas le Norvégien?

© Anouk Brisebois / Nomad Junkies

« Essaye de ne pas avoir peur de la barrière de la langue : de nombreuses personnes en Norvège parlent l’anglais. La Norvège, et surtout Oslo, sont des endroits très ouverts à l’international. Dans mon cas, je connaissais déjà mon chum, donc c’est sûr que ça m’a beaucoup aidé. Mais c’est facile de se faire des amis sur les groupes Facebook pour les Canadiens et les Québécois qui habitent en Norvège. Le groupe Facebook Amusez-vous en Norvège est un excellent moyen de rencontrer et de faire des activités avec des gens de toutes les nationalités.

Tu peux t’inscrire à un cours en ligne gratuit sur Caritas pour apprendre à rédiger un CV en norvégien ou en anglais, et à développer ton réseau ici.

Tu peux aussi suivre un cours de langue où tu peux rencontrer d’autres expats. »

Quelles sont les plus grandes différences entre la vie au Canada et la vie en Norvège? Est-ce que ça a été difficile de s’adapter ?

© Anouk Brisebois / Nomad Junkies

« Comme pour toute nouvelle destination, il y a des avantages et des inconvénients. J’adore la qualité de vie ici et le fait que les gens sont si détendus. Il n’y a pas d’heure de pointe comme dans le métro de Montréal entre 8 h et 9 h. Par contre, pour ce qui est des épiceries, j’étais choquée. Elles sont si petites et les produits sont limités. Il n’y a pas de plats préparés. Il n’y a pas d’allées pleines de céréales comme on en voit à Montréal et au Canada. Tu as le choix entre quatre boîtes de céréales, puis c’est tout.

Je me suis rendue compte que je cuisinais beaucoup parce que le coût de la vie est tellement plus élevé, surtout si tu es aux études ou si tu commences tout juste ta carrière. J’allais souvent au restaurant à Montréal, mais pas ici. Heureusement, l’épicerie a tout ce dont tu as besoin pour cuisiner à la maison. Une fois que tu as un salaire stable, ça va car ton salaire compense pour le coût de vie élevé.

Même après quatre ans en Norvège, j’ai toujours de la difficulté à m’adapter au manque de soleil. En hiver, il n’y a juste pas de lumière. Mais si tu prends de la vitamine D tous les jours, ça va bien aller. Certaines personnes installent même une petite lumière UV à côté de leur ordinateur. Ensuite, il y a le soleil de minuit en été. Le soleil se lève vers 4 heures du matin et ne se couche pas vraiment avant 23 heures. Il est important d’avoir des rideaux opaques si tu as le sommeil léger. »

As-tu des recommandations pour trouver un emploi en Norvège?

« Tu dois baisser tes standards dès ton arrivée. Ne t’attends pas à trouver l’emploi le plus parfait au monde, car les entreprises ont tendance à privilégier les Norvégiens par rapport aux anglophones qui viennent avec un Permis vacances-travail. Ils préfèrent embaucher des personnes qui parlent norvégien. Ça aide d’être flexible. J’ai commencé comme femme de ménage dans un hôtel, ce qui n’est pas ce que je m’attendais de faire avec ma maîtrise. Ce n’était pas le travail idéal, mais j’ai beaucoup appris. J’ai appris à connaître tout le monde et j’ai pu pratiquer le norvégien. Et c’était correct parce que le but d’un permis de vacances-travail est de faire un petit job pour mettre de l’argent de côté pour pouvoir voyager plus.

Après ça, j’ai réussi à faire la transition vers mon domaine d’études. J’ai effectué un stage dans une organisation internationale pendant quelques mois. Ensuite, j’ai travaillé comme enseignante suppléante de français dans une école secondaire et comme assistante de recherche au NMBU. »

As-tu des conseils sur le budget à prévoir pour un Permis vacances-travail en Norvège?

© Anouk Brisebois / Nomad Junkies

« Mon premier conseil est de profiter des réductions pour les jeunes quand tu voyages avec Norwegian Air. Assure-toi d’utiliser le code promotionnel UNDER26 quand tu réserves ton billet. Ça ne s’applique pas à tous les vols tout le temps, mais ça fonctionne généralement assez souvent.

Prendre le train et utiliser Airbnb sont de bonnes options. Et le couch surfing a bien fonctionné pour moi quand je voulais voyager en Suède pour pas cher. »

 Où recommandes-tu de voyager en Norvège?

© Anouk Brisebois / Nomad Junkies

« Fait amusant : les Norvégiens ne voyagent pas en Norvège! C’est trop cher la plupart du temps. Avant la pandémie, les gens voyageaient plutôt en Europe. Mais je recommande quand même de visiter la Norvège; c’est tellement beau ici!

VOICI LES 5 MEILLEURS ENDROITS À VISITER en NORVÈGE.

En plus de la Norvège, je me suis assurée d’en profiter pour voyager dans d’autres pays d’Europe comme la France, l’Autriche, la République tchèque et la Hongrie. »

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut faire un Permis vacances-travail en Norvège?

© Anouk Brisebois / Nomad Junkies

« Vas-y! N’hésite pas. Mon conseil est de persévérer, de rester positif et de célébrer les petites victoires, comme ouvrir un compte bancaire ou passer ton premier entretien d’embauche.

Il m’a fallu deux ans pour vraiment m’adapter à au pays et à la culture norvégienne, mais une fois que j’ai réussi, j’ai réalisé à quel point j’étais chanceuse de vivre dans un endroit pareil! Aussi, le fait d’apprendre la langue c’est ce qui m’a vraiment fait me sentir chez moi et plus acceptée par les Norvégiens, même si ici tu peux te faire comprendre en parlant anglais seulement. C’est facile d’apprendre chaque matin avec Duolingo en cinq minutes, et ça vaut vraiment la peine.

Également, si tu es à Montréal et que tu souhaites t’immerger un peu dans la culture norvégienne avant ton voyage, tu peux visiter Religious Association of Norway (ou les checker sur Facebook) et participer à des cours de norvégien et à des marchés de Noël norvégiens. Je recommande vraiment cet endroit! »

© Anouk Brisebois / Nomad Junkies

N’attends pas d’être trop âgé pour voyager et travailler en Norvège! Tu peux obtenir facilement un Permis vacances-travail en Norvège!

Merci à Anouk d’avoir partagé son expérience! Tu peux la suivre sur Instagram!

Les NomadTALKS sont fièrement présentés par Expérience internationale Canada (un programme du Gouvernement du Canada).

L’entrevue originale a été réalisée par Emilie Robichaud et compilée par Britney Claveau. L’entrevue a été modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.

Emilie Robichaud
Je suis accro au mode de vie nomade! Depuis plus de 5 ans, j’ai quitté ma zone de confort pour voyager à temps plein. Mon tour du monde sans fin compte plus de 65 pays et ça continue! Le voyage, c'est un style de vie et un état d'esprit!
ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Stp écris ton nom ici

Les p'tits derniers