AccueilRéflexionsLa vie est trop courte pour demeurer au même endroit

La vie est trop courte pour demeurer au même endroit

Cela m’aura pris un sale temps à mettre les deux pieds dessus, je l’avoue! J’ai sérieusement pensé qu’il n’existait peut-être juste pas, ce fameux X!  Tu sais, ce X qui nous fait sentir qu’on est exactement là où l’on devrait se trouver dans la vie. Cette sensation de se sentir en totale harmonie avec qui l’on est, où l’on va et d’où on vient. Cette quête du bonheur m’a longtemps obsédée, la vie est trop courte, c’est le moins que je puisse dire! 

J’avais beau m’imaginer dans le scénario de vie classique fait sur mesure pour être heureux, mais ça ne me branchait zéro. J’ai presque pensé que j’avais un défaut de fabrication! Une crise existentielle plus tard, non sans effort, j’ai finalement réalisé ce qui me fait réellement vibrer jusqu’aux tripes.  J’ai aussi, surtout, décidé de me donner le droit de vivre ma vie dans ce sens-là. 

San et JC sans frontière
San et JC sans frontière

Se donner le droit de prendre son propre chemin

Si, comme moi,  les mots « obligations, REER, hypothèque et sédentarité » te donnent envie de te sauver, ton X risque de se situer quelque part pas loin du mien. Si t’as toujours soif de nouvelles découvertes, que ton argent sert à t’exiler dès que t’as un congé et que t’as l’impression, toi aussi, que la vie est trop courte pour demeurer au même endroit, on risque fort de se comprendre. Tu devrais peut-être commencer à penser que, comme moi, tu es finalement un(e) nomade-né. 

Tu risques probablement d’être dans le champ en cherchant ta place dans le fameux moule suggéré par notre société. Tu ne cadres juste pas dedans!  Je te suggère d’oublier la grosse maison en banlieue, le mariage de princesse, le labrador et tout le reste qui est supposé mener au bonheur selon le monde dans lequel on vit. Tu risquerais possiblement d’être déçu(e). 

San et JC sans frontière
San et JC sans frontière

Écouter sa petite voix

Si  j’ai compris une chose au travers de ma grosse crise existentielle, c’est bien qu’il y a probablement presque autant de X que d’êtres humains. Personne n’a la même définition du bonheur dans la vie et, du coup, ne devrait pas situer son fameux X au même endroit. J’ai donc compris que c’est finalement correct de ne pas rêver de se marier et faire des enfants si je ne le feel pas (désolée maman!). 

L’important, c’est d’écouter sa petite voix. Mais par-dessus tout, de ne pas se laisser influencer par le courant populaire. Ça serait dommage que tu tombes dans le piège et que ton bonheur te fasse faux bond. Comme le dit un dicton que j’aime particulièrement : « Seul le poisson mort suit le courant ». Pense à ça… 

San et JC sans frontière
San et JC sans frontière

Une fois ceci réalisé, ça risque d’être plutôt bénéfique de respecter ce que tout ton âme te crie et de ne pas avoir peur de te donner la chance de vivre sur ton X. 

Comment on fait ça? Je suis loin d’être un grand sage, mais je commencerais par te dire de respecter tes valeurs, ton intuition, ton jugement et tes rêves. En tout cas, ça a marché pour moi! Trouve ce qui te donne des frissons et défonce des portes pour aller le chercher ! Et surtout, ne laisse personne tenter de te convaincre que tu peux échouer  là où tu fondes tes espoirs et tes rêves les plus fous. Ce n’est pas grave de tomber, pourvu qu’on se botte les fesses pour se relever! N’oublie pas, personne n’a dit que ce serait facile! 

San et JC sans frontière
San et JC sans frontière

Se connecter sur ses tripes

En me connectant davantage à mes tripes, j’ai réalisé que moi, ce qui m’allume au plus haut point, c’est de m’acheter un billet d’avion et de me perdre le plus loin possible. C’est de ne pas savoir où je vais coucher le soir ni comment je vais me rendre du point A au point B. C’est de prendre le lit du haut à l’auberge de jeunesse et d’avoir ma vie dans mon sac à dos. C’est de communiquer par des sourires et des gestes parce que je n’ai aucune idée de la langue que parle la personne en face de moi. Je tripe à découvrir de nouvelles cultures, observer les gens d’ailleurs, à sentir de nouveaux parfums et surtout à goûter les plats les plus exotiques et « weirds » que je puisse trouver.  Pour moi, tout ça vaut beaucoup plus que n’importe quoi d’autre que l’argent puisse acheter. C’est mon X, tout simplement! 

San et JC sans frontière
San et JC sans frontière

Voyager sa vie

Puis j’ai eu, un jour dans ma vie, l’immense privilège de rencontrer celui avec qui ma vie devient plus belle. Celui qui partage ma vision du bonheur et aussi mes rêves les plus fous. Ensemble, on a décidé de rêver grand et de se permettre de vraiment toucher notre X. Vivre notre vie à notre façon au lieu de la sentir filer entre les obligations et les années qui passent. On a donc décidé de concrétiser un vieux rêve commun plutôt fou… Ensemble, on a décidé de faire le tour du monde. En s’inspirant des plus solides globe-trotters, ona décidé d’en faire notre réalité. 

San et JC sans frontière
San et JC sans frontière

Après tout, pourquoi pas nous? 

Nous sommes maintenant partis pour 14 mois. On a quitté nos emplois, loué la maison, vendu nos autos et surtout, quitté nos proches. 

Oui ça a été dur, oui on a fait des sacrifices et j’ai économisé comme t’as pas idée. Non, nous ne sommes pas riches. Nous sommes minimalistes.  On a fait des heures supplémentaires et on a rencontré des obstacles. Certains nous jugent, d’autres disent admirer l’audace qu’on a de le faire. Mais je peux te dire une chose, on se sent vraiment vivants! En achetant notre premier billet d’avion aller-simple, faut l’avouer, on a pleuré. 

San et JC sans frontière
San et JC sans frontière

Depuis le 5 janvier 2018, je parcours le monde, les deux pieds sur mon X

Je suis maintenant plus que jamais persuadée qu’il vaut mieux cesser de remettre à plus tard ce qui nous fait vibrer en dedans. La vérité, c’est qu’on se crée nous-mêmes souvent les barrières qui nous empêchent d’y accéder.  Sortir de sa zone de confort peut faire peur, c’est vrai.  Mais transgresser la peur peut mener à un univers de possibilités, crois-moi. Pour ma part, j’ai choisi de me créer des souvenirs plutôt que de nourrir des regrets.  La vie se passe maintenant! Et, semble-t-il, personne n’en ressortira vivant, peu importe comment nous décidons de la vivre. Alors, qu’est-ce que t’attends? 

San et JC sans frontière
San et JC sans frontière

Va chercher ton X, la vie est trop courte!

Si moi je peux le faire y’a aucune raison que ce ne soit pas ton cas aussi. Pense à ça! 

Et surtout, profite de la vie, avant qu’elle ne profite de toi!   

Sandra Desjardins
Sandra Desjardinshttps://sanetjcsansfrontiere.wordpress.com/
Passionnée par le monde et ayant soif de liberté, j’ai vite compris que notre belle planète deviendrait mon terrain de jeu. En janvier 2018, j’ai tout laissé derrière moi pour entamer avec mon amoureux le voyage de notre vie. Notre tour du monde est en cours et je me sens plus vivante que jamais.
ARTICLES LIÉS

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Stp écris ton nom ici

Les p'tits derniers