AccueilVidéosÉpisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade

Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade

 

La tribu Nomad Junkies : live du Cambodge

  • EMILIE : C’est vraiment plus gros que nous! C’est pas juste nos histoires, c’est pas ça qui fait que Nomad Junkies est différent des autres. C’est tous les gens autour qui se voient là-dedans et qui en font partie, qui commentent et qui partagent.
  • SAFIA : Je ne serais pas surprise de dire que c’est la plus grosse communauté de backpackers au Québec!

Eb, animatrice et réalisatrice-conceptrice de la websérie Génération Nomade : «Je suis maintenant au Cambodge avec Safia et Emilie, les fondatrices du fameux magazine web Nomad Junkies et on s’apprête à vivre une aventure assez mémorable. Je suis complètement sous le choc et dépaysée!

Notre premier arrêt est d’ailleurs l’incontournable temple d’Angkor Wat, le plus gros temple religieux au monde.»

Qu’est-ce que Nomad Junkies?

  • EMILIE : Nomad Junkies, c’est un magazine en ligne pour les backpackers, pour les gens qui voyagent long terme, qui est uniquement en français. Alors, on a des gens du Québec qui nous suivent, puis on a des Français, des Belges, des Suisses… un petit peu partout dans la francophonie.
Safia et Emilie - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

C’était quoi l’objectif quand vous avez décidé de partir Nomad Junkies?

  • SAFIA : En fait, il n’y avait pas vraiment de référence sur le marché québécois ou francophone. Emilie et moi, quand on a lancé Nomad Junkies, on était les deux dans un mode voyage à long terme, donc on consultait beaucoup de ressources en anglais à ce sujet-là. Puis, on s’est rendu compte qu’il n’y avait rien, autant au Québec qu’en France, qui parlait du nomadisme ou de laisser tomber sa job pour partir voyager. On voulait un projet pendant qu’on voyageait, mais pas nécessairement un blogue de voyage parce qu’Emilie l’avait déjà fait. Ça, c’est quelque chose qui touche ta famille, ton entourage, tes amis, mais ça reste dans un petit cercle. Tandis que nous, on voulait quelque chose de beaucoup plus gros. C’est comme ça que Nomad Junkies s’est formé un peu.
  • EMILIE : Cette espèce de communauté, on remonte à il y a quand même 4 ans. C’était vraiment en marge initialement de voyager long terme. Là, on est 4 ans plus tard, on a beaucoup aidé à démocratiser ça, mais il y a aussi d’autres blogues ou d’autres magazines qui l’ont fait, puis maintenant c’est beaucoup plus commun, beaucoup plus accepté de vouloir partir voyager long terme.

Bâtir une communauté pour y partager sa passion

Eb: «Plusieurs scènes du célèbre film Tomb Raider ont été tournées à Angkor Wat donc Safia et moi ne pouvons pas résister l’envie de ressortir la Lara Croft en nous.»

Angkor Wat - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade
  • SAFIA : Nomad Junkies on veut montrer que le voyage c’est accessible et que tu n’as pas besoin d’être millionnaire pour partir explorer le monde. Alors aujourd’hui, au Cambodge, on s’en va visiter les villages flottants de Kompong Phluk.
  • EB : Yes! C’est ma 1re fois de voir des villages flottants comme ça. Honnêtement, jusqu’à présent, je crois que c’est une des plus belles choses que j’ai vues. Je n’ai pas de mot pour décrire ce que je suis en train de vivre en ce moment, mais je trouve ça magique.
  • SAFIA : Moi, ça me fait vraiment plaisir de pouvoir partager ça avec toi parce que quand je suis venue la 1re fois, c’était juste moi et je n’avais pas vraiment personne avec qui vivre ça. Là, de voir ton émotion et ton excitation par rapport à ça, c’est comme si je le vivais une 2e fois, mais à un autre niveau.
Village flottant - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

Comment décrivez-vous votre sentiment de liberté?

  • SAFIA :  J’ai aucune attache nulle part, je suis libre d’aller où je veux, quand je veux. On dirait que ça rend la planète toute petite. Ça fait que ma mère qui me dit : «Ah, je vais prendre des vacances en Indonésie, on se rejoint là» et je la rejoins en Indonésie. On est en vacances! Toi, de te voir ici au Cambodge avec nous, alors que la dernière fois qu’on s’est vues, on était à Québec dans une tempête de neige. J’ai l’impression qu’il n’y a pas de distance, qu’il n’y a pas de frontières. Je suis à un vol d’avion de n’importe où.

Ça représente quoi pour vous le voyage?

  • SAFIA : Les rencontres, les paysages, les expériences… Pour moi la bouffe, la culture…
  • EMILIE : L’apprentissage; tu es toujours en train d’apprendre. Tu observes, tu regardes comment eux ils vivent, comment ils dorment, comment ils communiquent entre eux. À chaque nouveau pays que tu fais, c’est comme un nouveau monde avec chacun leurs normes, leurs façons de faire, leur passé.
  • SAFIA : Les amitiés qu’on fait aussi. C’est de savoir que tu as des amis partout dans le monde, c’est quand même cool!
  • EMILIE : C’est la meilleure façon de voyager, quand tu as quelqu’un de local qui t’accueille.
Frisbee - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

Quel impact est-ce que vous pensez que la communauté autour de Nomad Junkies peut avoir sur vos abonnés ou quelqu’un qui ne vous connaît pas même?

  • EMILIE : C’est sûr que la communauté c’est vraiment plus gros que juste moi et Safia. Les gens qui partagent cette passion-là des voyages, je pense qu’ils vont sur notre site web, ils vont sur notre page Facebook et ils disent : «Wow, il y a au moins 85 000 qui ont les mêmes aspirations dans la vie que moi, qui ont cette même soif de découvertes» et ça a un côté rassurant. Quand on fait des publications, les gens partagent les photos, quand on va à des endroits, maintenant on a des t-shirts Nomad Junkies, les gens se rassemblent même entre eux autour de cette vibe là qui est le voyage, le côté nomade. Alors nous, c’est sûr que ça nous fait chaud au cœur. Des fois on est déconnectées parce qu’on n’est pas nécessairement au Québec, on n’est pas avec les gens. Mais, quand on fait des meetups, quand on a fait les NomadTALKS, de voir 1000 personnes se présenter, qui tripent sur les mêmes choses, on était là : «Wow, c’est des vraies gens, c’est pas juste des statistiques sur le site web.»
Communauté - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

Le mode d’emploi du parfait backpacker qui visite le Cambodge

Eb: «Safia me propose de passer une dernière nuit à Siem Reap avant de quitter pour l’île de Koh Rong le lendemain, car il y a encore un élément de backpacker que nous n’avons pas fait.»

1. Rester dans une auberger de jeunesse

  • EB : Bonjour!
  • Hôte : Bonjour, bienvenue au Hideout Hostel, avez-vous une réservation avec nous?
  • EB : Oui, je viens tout juste de booker avec Trivago.
  • SAFIA : Hein, tu peux booker des auberges de jeunesse sur Trivago?
  • EB : Ben oui! Peu importe ton budget, tsé disons que tu veux te gâter avec un hôtel de luxe ou rester dans un hostel, il y a vraiment de tout! Moi, j’utilise toujours ça quand je voyage! Tu devrais télécharger leur application comme ça peu importe où tu es, tu vas toujours trouver quelque chose de ton goût! D’ailleurs, pour Koh Rong, je nous ai gâté un peu avec un resort dans les arbres, le Tree House Bungalow… Tu connais?
  • SAFIA : Oh wow! J’ai trop hâte!
Hideout hostel - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

2. Trouver la rue des bars la plus proche

  • SAFIA : Une chose à faire si tu es un backpacker c’est de te joindre à un Pub Crawl, c’est un must pour rencontrer du monde, prendre un verre, manger… Alors c’est là qu’on s’en va faire le party!
Pub Crawl - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

3. Faire un massage de pied

  • EB : Moi, j’ai une mission en particulier ce soir, c’est me faire manger les pieds… Non, pas me faire manger les pieds. On va recommencer ça! C’est de me faire masser les pieds?
  • SAFIA : Ben non, ils vont quand même te manger les pieds un peu. Non, ils ne mangent pas, ça dit suce, mais peux-tu dire te faire sucer les pieds?
  • EB : Non, je ne peux pas dire sucer les pieds! Bref, vous comprenez ce qu’on veut dire! Tel que promis, après même pas 2 minutes de marche, on trouve l’endroit idéal pour mon premier massage de pieds. Apparemment que ça va me faire vraiment rire donc j’ai vraiment hâte de voir la sensation que ça va me faire. Oh mon dieu, ça chatouille! Wow, c’est tellement bizarre! La sensation c’est comme plein de petites aiguilles. Je ne sais pas si j’aime ça en fait.
Fish massage - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

4. Adopter l’uniforme du parfait backpacker

  • SAFIA : Alors Eb, si tu veux le look de la parfaite backpacker, il te faut au moins une paire de pantalons éléphant. C’est passe-partout! Et le top de la marque de bière du pays que tu visites.
  • EB : OK!
  • SAFIA : Ça serait…
  • EB : Angkor beer!
  • SAFIA : Ouais et si tu veux un look un peu plus féminin, tu peux y aller avec le t-shirt complémentaire d’éléphant et puis là, tu as le look de la tête au pied, backpacker. Tu passes inaperçue.
  • EB : À partir de maintenant, éléphant en haut, éléphant en bas!
Uniforme backpacker - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

5. Manger des bibittes louches

Eb : «On est arrivé devant un petit stand où vous voyez, il a du serpent, des scorpions, des crapauds. Elle m’a offert la larve. Pour Génération Nomade, je vais la manger. Go! Moi, je suis une fille de texture et ça a comme explosé dans ma bouche. Ça a fait ça dans ma bouche et ça goûtait le pue. Oh mon dieu! Je vais boire de l’eau et peut-être du Purell pour le restant de la soirée.»

Bibittes - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

«Home is where your backpack is»

Eb: «Maintenant que nous avons goûté aux joies du «Pub Street», nous nous rendons enfin à Koh Rong, l’île où habite Safia depuis quelques mois avec son amoureux, le copropriétaire de tours organisés Adventure Adam.»

Où est la maison pour vous? Avez-vous une maison où vous êtes vraiment les nomades constamment en déplacement depuis 4 ans?

  • SAFIA : On a une adresse chacune à Montréal, mais c’est chez nos mères. Sinon, on n’a pas vraiment de maison… Moi, je te dirais depuis les 4 dernières années, je n’ai pas de maison, pas d’adresse. On a fait un case de cellulaire qui dit : « Home is where my backpack is » et je pense que ça ne pourrait pas être plus vrai que ça!
Plage privée - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

Quel genre de nomades vous pensez être?

  • SAFIA : Je pense qu’on est assumées «digital nomad».
  • EMILIE : Pas mal «digital nomad»… Nomade numérique.

Et la définition ou votre définition officielle d’un digital nomad, c’est quoi?

  • EMILIE : «Digital nomad», c’est simplement quelqu’un qui travaille à partir de son ordi et d’une connexion wifi. Donc, il peut être indépendant de sa localisation. Ça permet en fait d’effectuer des jobs qui sont comme nous, plus de la rédaction ou de la publication. Mais, on rencontre aussi d’autres «digital nomads» qui sont en programmation, en traduction, en graphisme, en design, en coaching. Il y a vraiment plein de trucs de services qui se font en freelance un peu et c’est un mode de vie qui nous nous plaît. Donc c’est nous devant notre ordinateur.
  • SAFIA :  C’est qu’on choisit notre bureau dans le fond!
  • EMILIE : C’est ça! Je me suis rendue où je voulais me rendre à 30-35 ans très jeune. Et après je me disais : «Oui, mais à quoi ça sert?» Pourquoi est-ce qu’on a tous ce rythme de vie qui est effréné, tous ces projets, toute cette accumulation? Je voyais vraiment que les valeurs ou ce que je cherchais dans la vie, ça ne se trouvait pas nécessairement là. Alors, quand j’ai commencé à penser à vouloir vraiment tout quitter pour voyager, moi ç’a été quand même une grosse cassure parce que j’étais bien établie et c’est comme si à 24 ans je me disais : «Pourquoi on continue encore un autre 30 ans comme ça? Pourquoi on ne devient pas retraité, mettons tout de suite?
Long beach - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

 Alors là, vous vous sentez retraité si je comprends bien?

  • EMILIE : Moi, je trouve qu’on a plus de liberté. On fait toujours ce qu’on veut, on le fait peut-être pas de la façon, l’option la plus luxueuse, l’option la plus traditionnelle, mais n’importe quel rêve, si tu veux faire un safari en Afrique du Sud, ça se fait. Ça se fait à petit budget. J’ai l’impression qu’on nous vend : travaillez fort, longtemps, accumulez, paye ton hypothèque et un moment donné, quand tu vas être vieux tu vas pouvoir vraiment mordre dans la vie et en profiter. Mais…
  • SAFIA :  C’est plus ça qu’on veut dire par retraite. Ce n’est pas: «je m’assois et je fais rien».
  • EMILIE : C’est juste réaliser tes rêves. Pourquoi attendre aussi longtemps? C’est accessible! C’est vraiment vraiment accessible!

Tu n’es pas un vrai backapacker au Cambdoge si tu n’as jamais…

Eb: «Une fois de plus, Safia et moi décidons de prendre part aux traditions de backpackers et de participer au célèbre Pub Crawl de Richie Rich

  • EB : Étape #1 : ils écrivent notre nom sur notre corps, ils nous demandent si on est célibataire ou en couple et on prend un shot pour commencer.
  • SAFIA : Étape #2 du parfait Richie Rich Pub Crawl : s’insérer dans une game de Flip Cup ou Beer Pong.
  • EB : Étape #3 : quand tu commences à te sentir vraiment saoul, tu t’en vas prendre un autre verre.
  • SAFIA : Le but du Pub Crawl c’est de passer de bar en bar, alors étape #4… on passe au prochain bar!
  • EB :  5e et dernière étape du Pub Crawl : on s’en va danser et profiter de notre merveilleuse soirée à Koh Rong!
RR Pub Crawl - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

C’est quoi les éléments qui vous rendent le plus heureuses là-dedans?

  • SAFIA : Moi, c’est d’avoir trouvé quelqu’un avec qui je peux partager ce mode de vie là, donc qui a la même passion que moi pour le voyage et que je sais qu’ensemble, on peut partir découvrir le monde quand on veut, où on veut.
  • EMILIE : Moi, je dirais c’est vraiment la flexibilité. Tous les nouveaux projets, les nouvelles destinations, toutes les choses que je veux faire ou que je rêve, c’est de pouvoir les réaliser. Et de se donner les moyens. Ce n’est peut-être pas le chemin le plus facile pour s’y rendre, mais si je veux vraiment que ça arrive, ça arrive.
  • EB : Eh bien, félicitations parce que sans Nomad Junkies, moi je n’aurais pas eu les guts de faire Génération Nomade. Merci de m’avoir inspirée, merci pour la communauté autour de Nomad Junkies qui fait vraiment en sorte qu’on ne se sent jamais seuls. Vous êtes absolument inspirantes et incroyables. So, high five à cela.
High Five - Épisode 6 : au Cambodge – Génération Nomade - Nomad Junkies
Photo : Génération Nomade

Eb: «Je n’aurais jamais pu créer Génération Nomade sans le support de Nomad Junkies. Emilie et Safia ont vraiment ouvert la voie au Québec en démocratisant le voyage à long terme. Ma semaine avec elles m’aura fait réaliser que peu importe où j’irai dans le monde, je ne serai jamais seule parce que la communauté autour de Nomad Junkies est sans frontière et au fond, on forme tous une grande famille.

Ça y est! 6 épisodes, 6 pays, 12 nomades, des histoires plus inspirantes les unes que les autres, des fous rires, des découvertes et un rêve audacieux. Je rêvais de créer Génération Nomade afin d’inspirer les gens à voyager plus, afin de démocratiser ce mode de vie alternatif et de déculpabiliser du moule standard de la société, ceux qui osent.

J’ai suivi mon cœur et non ma tête à travers cette aventure et c’est ainsi que j’ai découvert ma définition du bonheur. Pour moi, comme l’amour ou l’amitié, la carrière et sa destinée, on ne peut jamais se tromper lorsqu’on suit son cœur.»

✩ Pour tous les autres épisodes de cette websérie ✩

Safia Dodardhttps://www.nomadjunkies.com
Je voyage parce que je suis accro au mode de vie nomade . J'ai quitté mon emploi en agence de pub pour explorer le monde, d'abord en backpack et maintenant avec le cirque. Rejoins notre communauté de nomades sur Facebook, Twitter et Instagram.
ARTICLES LIÉS

1 COMMENTAIRE

  1. Hello, format intéressant! J’ai eu la chance de pouvoir aussi aller au Cambodge, par contre je n’ai pas pu visiter autant que vous. J’avais vu aussi des mygales frites, mais pas osé goûter 😀 😀 😀

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Stp écris ton nom ici

Les p'tits derniers