AccueilCorée du SudCrée-toi une nouvelle vie en voyageant et en travaillant en Corée du...

Crée-toi une nouvelle vie en voyageant et en travaillant en Corée du Sud pendant un an

Présenté par

T’es Canadien et t’as entre 18 et 35 ans? As-tu déjà rêvé de voyager et de travailler en Corée du Sud? Savais-tu qu’il est possible d’y vivre jusqu’à un an avec un Permis Vacances-Travail? L’intérêt pour Séoul de la montréalaise Caroll-Ann St-Hubert a commencé par hasard en naviguant sur internet. Elle revient sur son expérience incroyable à l’autre bout du monde.

Qu’est-ce qui t’a poussée à demander un Permis vacances-travail en Corée du Sud?

© Caroll-Ann St-Hubert / Nomad Junkiesa

« La vraie histoire commence avec moi en train de naviguer sur YouTube, dans ma chambre. J’écoutais des vidéos sur la Corée du Nord quand soudainement, j’ai reçu une suggestion de vidéo sur la Corée du Sud. J’étais intriguée, je l’ai regardée et j’ai été vraiment choquée de voir à quel point ça avait l’air cool. Je voulais en savoir plus, alors j’ai commencé à écouter plus de vidéos et je me suis dit : Wow, je DOIS d’y aller !

J’ai eu l’occasion de visiter en rencontrant un ami sur un site Web. J’ai tout de suite eu un coup de foudre pour le pays et je me suis promise qu’un an plus tard, je reviendrais avec un Permis Vacances-Travail, exactement à la même date. »

Comment a réagi ton entourage quand tu as décidé de partir en Corée du Sud?

« Je n’ai pas eu de forte réaction positive ou négative. Personne n’avait vraiment compris pourquoi j’avais voulu y aller la première fois, surtout ma mère. Mais tout le monde m’a encouragée. Quand je suis revenue et que j’ai annoncé que j’avais l’intention de déménager là-bas pendant un an, je ne pense pas que beaucoup de gens m’aient crue. En tout cas pas avant que je quitte réellement. »

Quelles ont été les principales étapes à suivre pour obtenir ton Permis vacances-travail?

© Caroll-Ann St-Hubert / Nomad Junkies

« Il m’a fallu un an pour rassembler toutes mes affaires. Pendant les six ou sept premiers mois, je me suis concentrée sur économiser de l’argent. Ensuite, j’ai commencé le processus de visa trois mois avant mon départ. J’ai commencé un peu plus tard pour m’assurer que tous mes papiers étaient à jour. Je devais passer un examen physique avec un médecin et soumettre mon casier judiciaire dans les trois mois suivant mon arrivée.

Puis j’ai attendu. Quand j’ai enfin reçu l’appel pour mon rendez-vous, je n’y croyais pas. Je me suis présentée avec tous mes papiers pour le visa et mon cœur battait super vite. Je ne sais pas pourquoi, mais j’avais peur qu’ils refusent ma candidature. Quand le monsieur a accepté mes documents et m’a dit : « D’accord, reviens la semaine prochaine pour chercher ton visa », j’étais tellement contente ! J’ai immédiatement fait mes valises pour Séoul. »

Quelle a été ta première impression de la Corée du Sud?

© Caroll-Ann St-Hubert / Nomad Junkies

« C’est un environnement complètement différent de celui du Canada. Pour moi, la Corée du Sud est comme le New York de l’Asie dans le sens où c’est une ville qui ne dort jamais. Tout est ouvert 24 h sur 24. Il y a toujours quelque chose à faire. En Corée du Sud, les femmes peuvent se promener la nuit en toute sécurité. Séoul est aussi une ville très innovante et esthétiquement belle : leurs technologies sont avancées et ils essaient toujours de construire le meilleur du meilleur. »

As-tu des astuces pour trouver un logement ?

« Je t’encourage à regarder autour de toi à ton arrivée, pour voir où tu aimerais vivre et ce que tu aimerais avoir dans un appartement. Je recommanderais les quartiers plus jeunes, multiculturels et haut de gamme. Fais tes recherches d’abord. Il existe des groupes Facebook très spécifiques pour les expatriés en Corée du Sud, comme Housing in Seoul et Find a House in Seoul. L’internet est un bon point de départ car les appartements des expatriés y sont toujours affichés quand ils quittent le pays.

Au Canada, les locataires payent généralement une caution, souvent le premier et le dernier mois de loyer, puis ils font des versements mensuels réguliers. En Corée du Sud, ça s’appelle le key money. Tu payes une somme forfaitaire à l’avance, que les propriétaires peuvent ensuite réinvestir, au lieu de te faire payer des sommes mensuelles. Ou parfois, tu paies une somme forfaitaire plus petite et tu paies des sommes mensuelles basses. C’est le même principe que tu partages un appartement ou que tu vives seul. »

Quel type d’emploi peux-tu espérer décrocher avec un Permis vacances-travail?

© Caroll-Ann St-Hubert / Nomad Junkies

« Pour être honnête, les opportunités de travail sont limitées pour les expatriés, surtout avec un PVT. Les emplois disponibles sont probablement dans la restauration, à temps partiel. Pour mon premier emploi, je faisais du tutorat dans un café pour enfants. Le principe était de communiquer avec les enfants à travers le jeu et qu’ils apprennent un peu l’anglais. Parler anglais est un avantage majeur pour les expatriés ici.

L’argent que tu gagnes est suffisant pour vivre, payer ton appartement, tes courses et t’amuser un peu le week-end. C’est exactement ce dont tu as besoin. »

Combien d’argent recommandes-tu de mettre de côté avant de partir en Corée du Sud?

« Quand tu appliques à un Permis Vacances-Travail, tu dois prouver que tu as au moins 3 000 $ dans ton compte bancaire. L’ambassade vérifiera. Ma recommandation est que tu mettes de côté au moins 5 000 $, juste au cas où, pour les premiers mois. Qui sait? Parfois, tu dois meubler ton appartement, tu oublies d’amener quelque chose dans ta valise ou une urgence survient. Avoir quelques économies te permet d’avoir l’esprit tranquille. »

Astuce de nomade : faut que tu sois sûr d’avoir une assurance-voyage avant de partir. On te recommande l’assurance-voyage SafetyWing. Ça inclut maintenant une protection Covid-19.

Quelles étaient tes activités préférées pendant ton Permis vacances-travail en Corée du Sud?

© Caroll-Ann St-Hubert / Nomad Junkies

« Beaucoup de gens travaillent du lundi au vendredi et réservent les week-ends pour s’amuser et se détendre. Tu dois profiter de la vie nocturne le week-end. Je t’encourage vraiment à aller dans les bars et festivals. L’hiver n’est pas trop mal à Séoul, j’en ai profité pour faire beaucoup de voyages et mieux connaître ce beau pays. J’ai aussi aimé sortir de la ville, dans une ville appelée Pusan. »

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui aimerait faire un Permis vacances-travail en Corée du Sud?

© Caroll-Ann St-Hubert / Nomad Junkies

« Allez-y. N’ayez pas peur. Si tu y vas et ça ne fonctionne pas pour toi, ce n’est pas la fin du monde. Le merveilleux pays du Canada t’attendra. Tu peux toujours y retourner.

C’est normal de se sentir seul au début. Même moi, qui rêvais tant d’aller en Corée du Sud, j’ai douté de ma décision quand j’y suis arrivée. Mais ça va mieux avec le temps quand tu commences à travailler, à voyager et à rencontrer des gens. Tu te sens tellement fière de pouvoir dire que tu l’as fait. J‘espère que tout le monde pourra vivre ce que j’ai ressenti, en construisant une vie par moi-même dans un nouveau pays. »

Tu aimeras aussi : 5 étapes pour entamer ta nouvelle vie avec ton Permis Vacances-Travail (PVT).

Travailler étranger
© Nomad Junkies

Les rêves peuvent devenir réalité rapidement quand on est passionné et qu’on a les bons outils! Si t’es Canadien et âgé entre 18 et 35 ans, tu peux toi aussi transformer tes rêves de voyage en réalité. Informe-toi ici pour un Permis vacances-travail en Corée du Sud.

Pour encore plus d’inspiration, écoute notre série #NomadTALKS sur YouTube, où l’on discute avec d’autres Canadiens qui ont voyagé et travaillé à l’étranger.

Les NomadTALKS sont fièrement présentés par Expérience internationale Canada (un programme du Gouvernement du Canada).

L’entrevue originale a été réalisée par Emilie Robichaud et compilée par Britney Claveau. L’interview a été modifiée pour la longueur et de clarté.

Emilie Robichaud
Emilie Robichaud
Je suis accro au mode de vie nomade! J’ai quitté ma zone de confort pour voyager à temps plein. Mon tour du monde sans fin compte plus de 71 pays et ça continue! Le voyage, c'est un style de vie et un état d'esprit!
ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Stp écris ton nom ici

Les p'tits derniers