Voyager seul : 3 façons simples pour aller à la rencontre des locaux

Voyager seul : 3 façons simples pour aller à la rencontre des locaux

Le concept de voyager seul n’est définitivement pas pour tout le monde… C’est sans doute la raison pour laquelle c’est la question #1 qui me revient toujours : pourquoi tu voyages seule?

Voici ma réponse :

Il n’y a rien de plus intimidant et effrayant pour un «local» que d’approcher un groupe de touristes, alors que seule je peux passer pour une fille du coin.

La seconde question qui me fait rire est quand on me demande : que fais-tu de tes journées?

Tu n’as pas idée de tout ce que j’ai pu expérimenter jusqu’ici. Il te suffit d’un contact, un seul qui te permettra de faire plein de belles et riches rencontres. Tous ces échanges m’ont ouvert les yeux sur bien des perceptions que j’avais, ces personnes ont d’une façon ou d’une autre, changé ma vie.

Trois façons de rencontrer des locaux lorsqu’on voyage seul

Premièrement, c’est clair que ce n’est pas en parcourant la ville munie d’une map à la main ou en visitant le château de Sisi que tu trouveras des gens locaux. Pour te faire accepter, voire «adopter» par l’un d’eux, il faut les trouver, t’intéresser à leur vie et à leur quotidien.

1. Inscris-toi à WorkAway

WorkAway est une plateforme Internet qui te propulse carrément dans la monde des locaux, dans leur quotidien et parfois loin des grands centres touristiques. Oui, tu vas travailler, mais je te garantis que d’innombrables aventures t’y attendent! Il te suffit de taper le nom du pays dans lequel tu veux aller et tu verras des tonnes de possibilités.

Que ce soit afin de décrocher un poste de gardiennage dans un pays hispanique pour enseigner l’anglais ou le français aux enfants ou pour du travail plus manuel comme de la construction ou de l’entretien paysager en Bavière ou en Suisse, tu trouveras chaussure à ton pied. Ce travail n’est pas rémunéré, mais la personne pour laquelle tu travailleras te logera et te nourrira en échange. 

Ma première expérience de WorkAway m’a amenée en plein cœur des Alpes autrichiennes et m’a fait découvrir un métier qui m’était alors méconnu, celui de Hoidarin. En d’autres mots, j’ai fait de moi une vraie cowgirl!

Hoidarin - Voyager seul pour aller à la rencontre des locaux - Nomad Junkies

Photo : @marielouise_desbiens

Voici la définition d’une Hoidarin en quatre points :

  • Elle s’occupe de plus d’une centaine de vaches en montagne en connaissant tous leurs prénoms, mais en les appelant par leurs petits noms;
  • Elle se fait râper quotidiennement les mains par leurs langues en les nourrissant d’un mélange de sel et de céréales;
  • Elle appelle ses «gros bébés», peu importe la température, pour aller à leur rencontre en chantant dans un parfait slang «do her weibi do her, geh her geibi -Kim geh her»;
  • Elle doit non seulement garder les vaches, mais aussi entretenir une maison dans les Alpes, où hikers et touristes se donnent rendez-vous.

En travaillant et en vivant comme une Hoidarin, j’ai eu la chance d’échanger avec les propriétaires ainsi que d’autres cowboys et cowgirls. J’ai vite compris à quel point ceci n’est pas qu’un métier, mais carrément une vocation!

Tu aimerais aussi : Hoidarin : explorer les Alpes grâce à un métier hors de l’ordinaire

2. Deviens un Kinoïte

Pars à la recherche d’un Kino Kabaret pour ainsi parcourir une ville de ce monde à l’aide d’une caméra et réaliser un court métrage. En plus de rencontrer des locaux, tu rencontreras plein d’autres voyageurs comme toi. C’est possible et accessible à tous. Pendant une semaine, tu es logé et nourris alors  qu’une centaine de projets se réalisent autour de toi (et auxquels tu participes bien évidemment!).

Kinokabaret - Voyager seul pour aller à la rencontre des locaux - Nomad Junkies

Photo : @marielouise_desbiens

T’as envie de développer tes skills comme acteur ou comme technicien de son? C’est aussi pour toi. Tu t’inscris en ligne et tu te pointes à la date prévue à Rome, Berlin, Hambourg, au Burkina Faso ou à Caen, par exemple! J’ai rencontré des tonnes de Kinoïtes qui voyagent de Kino Kabaret en Kino Kabaret. Ce qu’il y a de bien, c’est qu’ils sont partout et se déroulent tout au long de l’année! C’est beau moyen de voyager tout en développant son côté artistique tout en se faisant des contacts partout dans le monde, n’est-ce pas?

Ma première participation au Kino Kabaret a été en tant qu’actrice dans un projet humoristique. À ce moment, j’étais loin de me douter qu’à peine quelques jours plus tard j’allais moi-même réaliser et monter mon propre film. Pas besoin de s’appeler Steven Spielberg, il te suffit d’une idée et d’échanger les outils et le personnel qui sont sur place pour y arriver. Le tout ne s’arrête pas là, après chaque session de deux ou trois jours de travail, les différents projets sont projetés sur grands écrans dans une vraie salle de cinéma!

Tu aimerais aussi : Road trip à Hamburg pour apprendre à voyager comme un Kinoïte

3. Joins la communauté de Couchsurfing

Laisse tomber les hôtels dispendieux qui t’enverront faire des excursions dans les endroits des plus touristiques les uns que les autres. Tu ne seras sans doute pas le seul à prendre cet angle de la ville en photo et la mettre ensuite sur Instagram… you know? Utilise Couchsurfing! Si tu n’as jamais essayé, tu dois certainement en avoir déjà entendu parler.

Raquettes - Voyager seul pour aller à la rencontre des locaux - Nomad Junkies

Photo : @marielouise_desbiens

Et là, je t’entends déjà te demander :

«Est-ce sécuritaire

«Comment être sur de pas se faire avoir et se retrouver devant rien?»

Rien n’est garanti, ça c’est clair, mais veux-tu rencontrer les locaux ou pas? Je pense que le risque en vaut la chandelle! Quoi de plus intéressant que d’avoir son host comme guide personnel pour une petite virée en ville où une randonnée en montagne? Si tu es chanceux, il te montrera les hotspots à aller et ainsi tu éviteras les pièges à touristes!

Au fond, tout ce que ça te prend pour voyager au cœur d’une culture, c’est des contacts. En tant que voyageur, ce ne sont pas les histoires qui te manqueront. Tu restes quelque chose de curieux auprès de beaucoup de gens. Laisse-les venir à toi, souris et réponds tranquillement à leurs questions, qu’ils soient jeunes ou âgés. Tu te rendras vite compte que le monde est très petit …et qui sait ce qui t’attendra dans le détour!

Tu aimerais aussi : Les « locals » : la clé qu’il te manque pour vivre un pays

Quels sont tes trucs pour aller à la rencontre des locaux lorsque tu voyages?

Tu es prêt pour ton prochain voyage en solo? Déniche les prix les plus bas pour ton billet d’avion sur KiwiMomondo ou sur Flighthub!
The following two tabs change content below.

Marie-Louise Desbiens

Collaboratrice at Nomad Junkies
Telle une nomade, j’ai de la difficulté a tenir en place et je suis toujours partie «sua trotte». Les gens qui me connaissent savent que je ne suis jamais chez moi. Je me suis déjà fait demander si mon appart me servait à autre chose qu’à entreposer mon linge! Mes meilleurs souvenirs proviennent sans aucun doute de mes voyages; les fameuses nuits passées en auberges de jeunesse qui m’ont apporté bien peu de repos, mais tellement de fous rires ou encore des virées improvisées avec des «potes» rencontrés sur la route!

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous Itinéraire alternatif pour une journée «hipster» à Amsterdam
Next Bali : 1 île, 3 semaines et 4 régions à visiter pour un voyage de rêve

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply