Road trip à Hamburg pour apprendre à voyager comme un Kinoïte

Road trip à Hamburg pour apprendre à voyager comme un Kinoïte

En lisant le titre de cet article, j’imagine que tu t’es demandé quelle mouche m’a piquée. Je te vois derrière ton écran te demander : 

«Voyager comme un Kino…. quoi?»

Honnêtement, je ne t’en veux pas de te poser cette question, car j’ai eu exactement la même réaction quand un ami m’a parlé de ce festival international de courts métrages indépendants pour la première fois.

D’où sort l’idée de devenir une «kinoïte»?

J’avais de la difficulté à décider ma prochaine destination quand un magnifique couple m’invite à leur table et me vend une expérience de Kino Kabaret à Hambourg en Allemagne comme du rêve.

Tous ces mots commençant par Kino sonnaient comme du japonais à mon oreille, mais curieuse de nature, je n’ai pas d’autre choix que d’embarquer dans leur voiture et de les accompagner!

Durant le trajet j’apprends à connaître deux incroyables artistes, l’un est Américain et réside maintenant à Hambourg et sa copine est une Française dans la mi-trentaine. Ils me proposent de rester dans une auberge de jeunesse jusqu’à ce que tout le monde arrive. 

«Hein, mais de quoi tout le monde?»

Elle me répond donc qu’ils attendent autour de 200 personnes de partout dans le monde et qu’il faut bien les loger quelques part! Impressionnant! (Psssssst, les meilleurs deals pour les auberges de jeunesse à Hambourg c’est sur Hostelworld!)

Accueil - Voyager comme un Kinoïte (ou comment réaliser un court-métrage en 48h!) - Nomad Junkies

Photo : @marielouise_desbiens

On m’a donc expliqué ce qu’était un Kinoïte! En gros, un Kinoïte selon le mouvement Kino, «c’est un artiste engagé de près ou de loin dans la création d’une œuvre cinématographique artisanale. Ils se regroupent ensemble pour effectuer des courts-métrages et ont une contrainte de temps de généralement 48 heures.»

Dès le premier meeting du HamburgerKino, je réalise l’ampleur du mot «tout le monde»… Les gens arrivent littéralement de partout dans le monde :

  • Burkina Faso;
  • Russie;
  • Chili;
  • France; 
  • Royaume-Uni;
  • Autriche;
  • Israël;
  • et ainsi de suite!

Comment ça se déroule un Kino Kabaret?

D’une durée d’approximativement sept jours, le Kino Kabaret est une semaine de travail où la création et le côté artistique sont exploités à plein régime.

Tout, ou à peu près tout, est accepté! Pas besoin de s’appeler Steven Spielberg pour réaliser un court métrage! Il te suffit d’une idée, d’une caméra, de quelques acteurs, un gars au son et le tour est joué! Après, le vrai travail commence : tu t’assois derrière ton ordi et tu montes tout ça! Les films durent en général de 1 à 5 minutes, mais les prises peuvent durer des heures et au finale peuvent être coupées au montage!

Kinokabaret - Voyager comme un Kinoïte (ou comment produire un court-métrage en 48h!) - Nomad Junkies

Photo : @marielouise_desbiens

C’est une semaine où le repos est à son minimum, voir inexistant. Un Kinoïte m’a déjà dit :

«On voit grâce aux cernes et aux longs visages fatigués, quel jour que l’on est durant un Kino Kabaret!»

C’est cool, hein? Je ne savais pas du tout à ce moment ce qui m’attendait! On était tous cordés les uns contre les autres et on devait se présenter chacun à tour de rôle et énumérer quel genre d’équipement on allait utiliser, quels étaient nos skills et si l’on voulait déposer un projet pour le premier round.

J’ai absolument rien déposé pour le premier ni le second round, mais j’ai eu la chance de jouer dans différents projets à caractère humoristique ou dramatique. Oh… la patience est de mise quand tu veux être actrice! Des prises on en prend encore et encore, des shootings d’une durée de 4 à 6h pour des films qui durent seulement entre 2 et 3 minutes, c’est courant!

Comment devenir «kinoïte»?

Dans ce festival, on retrouve de vrais acteurs qui sont soit apprentis ou expérimenté, de vrais producteurs autant professionnels que débutants et de vrais et talentueux monteurs de films. En travaillant tous ensemble, je vous jure qu’on peut réaliser de vrais chef d’oeuvres qui véhiculent de beaux messages et je pense y être parvenue lors du 3e round. J’ai eu la chance de présenter mon court-métrage dans une salle de cinéma devant un public!

Voici un teaser du HamburgerKino auquel j’ai participé :

En résumé, un Kino Kabaret c’est donc une semaine :

  • De travail où la création et tout le côté artistique sont exploités à plein régime;
  • De rencontres avec des gens de partout dans le monde dans une ambiance de pur bonheur;
  • De fêtes, de partage et d’amour;
  •  le repos est à son minimum, voir inexistant;
  • Que je n’oublierai jamais!

Le retour à la réalité

Comme après chaque trip, c’est toujours un moment difficile et remplie nostalgie. C’est le moment où tous retournent à la maison alors que d’autres continuent leur chemin vers un autre Kino Kabaret parce que oui, voyager comme un Kinoïte signifie de faire des films à travers le monde… et ça tout au long de l’année!

🎞 Pour en savoir plus sur le mouvement Kino et sur les différents évenements présentés dans le monde, rends-toi sur la page Facebook de Kino Kabaret Montréal!

Serais-tu game de participer à ce type d’événement et de parcourir le monde comme un kinoïte?

The following two tabs change content below.

Marie-Louise Desbiens

Collaboratrice at Nomad Junkies
Telle une nomade, j’ai de la difficulté a tenir en place et je suis toujours partie «sua trotte». Les gens qui me connaissent savent que je ne suis jamais chez moi. Je me suis déjà fait demander si mon appart me servait à autre chose qu’à entreposer mon linge! Mes meilleurs souvenirs proviennent sans aucun doute de mes voyages; les fameuses nuits passées en auberges de jeunesse qui m’ont apporté bien peu de repos, mais tellement de fous rires ou encore des virées improvisées avec des «potes» rencontrés sur la route!

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous Vague de confessions – Minh de Voyage Grand V
Next Épisode 3 : au Vietnam – Génération Nomade

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply