Tout recommencer en Californie : Être chanceux ou créer sa chance?

Tout recommencer en Californie : Être chanceux ou créer sa chance?

Claude Piché Nomad Junkies CalifornieEn revenant d’un superbe trip en backpack au Portugal et en Espagne, j’ai comme eu une légère dépression. Tsé, le genre de dépression du retour au travail après des vacances? Tu reviens au travail et tu n’es pas du tout motivé.

Après avoir passé 23 jours au gros soleil à manger des tapas et à boire d’la sangria bien froide, l’arrivée de l’hiver et des -40°C commençait à me faire bien peur.

J’ai soudainement commencé à rêver à une nouvelle vie, rêver de recommencer! Dans cette nouvelle vie, faudrait qu’il y ait minimum trois choses : la beach, des tacos et de la bière (froide, svp). Tsé une vrai pub de Corona, là, avec le bruit des vagues pis toute.

Californie Nomad JunkiesCali-for-me

C’est là que j’ai commencé à faire mes recherches et que je suis tombé sur… la CALIFORNIE! Me semble que ça sonne bien comme mot! J’avais aucune espèce d’idée de si j’étais éligible à pouvoir travailler aux States.

«J’vais appliquer, pis j’verrai ça plus tard si y me rapellent!»

Je fais souvent les choses à l’inverse, comme dirait Rogatien. Ça coûte rien d’essayer, la pire chose qui peut arriver c’est que tu n’aies aucune nouvelle. Pourquoi se concentrer sur les détails hyper-minutieux et complexes dès maintenant? Une chose à la fois!

J’ai pris la peine de retravailler un peu mon CV, fait une update de mon Behance (portfolio) et finalement rédigé une p’tite lettre de présentation générique qui va comme suit:

«I’m Claude Piché, a designer from Montréal, Canada. My goal is to move to Cali and work with web gurus. Here’s my portfolio. Ciao!»

Straight to the point, on niaise pas avec la puck! J’envoie ça à une vingtaine d’agences à San Francisco, Los Angeles et San Diego et on verra ce qui arrive! Je venais tout juste de créer ma chance!

Beaucoup de mes proches me disent: «Ha! Claude… T’es vraiment chanceux, toi!»

Phénomène de chance

Honnêtement, je n’ai jamais vraiment cru au phénomène de chance. Gagner au 6/49, ça c’est de la chance! Je crois plutôt qu’avec une attitude positive, un peu de vouloir et du gros bon sens, de belles choses peuvent s’accomplir!

2 mois après… Je reviens de la job un lundi soir d’octobre, je m’écrase bien relax et, comme d’habitude, j’humilie mon coloc à NHL 15, quand mon téléphone sonne. Je regarde l’afficheur et l’appel vient de San Diego, CA.

  • «Hello Claude, this is Susie from Digital Telepathy, I saw that you applied on the senior UX designer position»
  • «Euh, euh yes, euh Hello Susie», (avec un anglais cassé à la Georges St-Pierre).

On discute un peu et, à la fin de l’appel, elle dit que j’ai passé l’étape du «scan call» et que la prochaine étape est de réaliser un «skill test» sur un projet fictif.

San Diego?

J’sais qu’ils ont une équipe de baseball et que c’est à 20 minutes du Mexique, sans plus! Ah oui, j’me souviens aussi de l’émission Où est Carmen San Diego qui jouait à Télé-Québec.

J’me mets à faire des recherches sur Google comme «Reasons to move in San Diego», «Top things to do in San Diego» et je tombe déjà follement en amour avec l’endroit! J’me rends compte que ça répond à 100 % à ma vie rêvée. C’est la ville américaine où l’on retrouve le plus de microbrasseries, plus de 28 kilomètres de plage et sans aucun doute les meilleurs tacos ever.

Quand le slogan de la ville c’est «America’s finest city», eh bien c’est dur de te tromper!

Est-ce que tu t’es déjà imaginé tout repartir à zéro?

Lâcher ta job, vendre ta maison, quitter tes chums et te lancer dans le vide? Y’a une chose que j’ai jamais appris à l’école : avoir du guts! Je me suis toujours dit qu’il faut faire un ou deux pas vers l’arrière pour en faire une dizaine en avant. Je me souviendrai toujours d’une phrase que mon frère m’a dite et qui m’a guidé lors des dernières années :

«Claude, un peureux n’avance pas!»

Montréal à la CalifornieJ’ai donc acheté mon billet d’avion (sans retour, héhé), paqueté mes cliques pis mes claques et me voilà parti. Parti pour la Californie, mon ami! À noter qu’il restait un dernier stress à surmonter: avec un visa TN comme le mien, tu sais seulement la journée même du départ si on va te laisser entrer. Il faut donc s’assurer d’avoir rempli toutes les exigences et avoir bien préparé tous les documents pour ne pas avoir de trouble. Après m’être mis sur mon 36 et trimé ma barbe, le douanier m’étampe mon passeport et ça y est, je suis bon pour trois ans!

Pourquoi Peecho.us?

Mon bon chum Gabriel Assouline m’a conseillé d’écrire un blogue afin d’inspirer les gens et documenter cette expérience. Aussi pour aller plus loin que deux, trois selfies sur Instagram par semaine, plus que des Snapchats de palmiers, plus qu’un check-in dans un bar dont tout le monde se fout!

N’ayant aucun background valable en écriture, j’étais timide a l’idée de me mettre à passer des heures à essayer de formuler des idées. Je trouve que c’est une super occasion pour moi de sortir de ma zone de confort! Mes West Coast stories sont donc sur Peecho.us !

The following two tabs change content below.

Claude Piché

Designer en cavale at Peecho
Designer en cavale sur le West Coast Americain. À la poursuite du lifestyle idéal. 3 mots: Bière, Tacos et Plage. J’haïs les banlieues et les semi-détachés. Je préfère mon pack sac et ma mobilette. « Life is about having a good time, if you’re not having a good time, then you’re not having a good time » . Suivez mes aventures sur les internets via mon site web, Instagram et Facebook

Latest posts by Claude Piché (see all)

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous Le courage de rester
Next Embarquement immédiat : tout quitter pour voyager

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply