Top 6 des questions qu’on entend avant de partir en voyage

Top 6 des questions qu’on entend avant de partir en voyage

Bon, c’est décidé : tu pars en voyage à long terme. Tour du monde ou tour d’un seul continent, voyage en sac à dos, en autostop ou avec pour but de faire le tour des écoles d’Amérique du Sud, tu as ENFIN ton projet et il te tient à cœur! Maintenant, voici venu le moment tant attendu (et redouté, on ne va pas se mentir!) de l’annoncer à ta famille et à tes proches…

Aussi bizarre que cela puisse paraître pour toi, nomade novice ou déjà grand voyageur, certaines personnes n’appréhendent pas l’idée d’un long voyage de la même manière que nous. Et pourtant, le soutien de nos proches est nécessaire pour pouvoir se lancer à pieds joints dans cette aventure!

Voilà donc le top 6 des situations à gérer avant de partir et comment les résoudre.

1. «Mais pourquoi tu pars? Qu’est ce que tu cherches à fuir?»

Là, forcément, il faut convaincre qu’on ne cherche pas à fuir quelque chose, mais plutôt à découvrir! Et pour convaincre, il faut souvent expliquer qu’on a toute la vie pour avoir sa maison, son boulot et son quotidien bien rangé. Et qu’est ce qu’on peut bien fuir quand on a la même chose que tout le monde? C’est bien pour vivre l’extraordinaire ou plutôt découvrir l’extraordinaire dans la vie ordinaire d’autres personne qu’on cherche à voyager.

Mais pour moi, le seul argument que personne ne peut contredire restera celui-ci : «Je ne veux pas mourir avec des regrets».

2. «Tu ne pourras jamais retrouver du travail après ton voyage»

C’est bien dommage que le voyage sonne comme quelque chose d’aussi péjoratif! Mais ici, c’est bien faux. Justifier un voyage autour du monde sur son CV peut se faire de plein de manières différentes, surtout si on travaille dans un domaine à l’international: on peut souligner que c’est de l’expérience sur le terrain! Et puis si en plus tu as fait du wwoofing ou encore du bénévolat pendant ton voyage, c’est toujours une expérience valorisante.

Mais le voyage nous apporte certaines choses au niveau personnel qui nous aideront sur le plan professionnel : de l’ouverture d’esprit, de la patience (acquise après d’interminables heures de bus!) et, si en plus tu en as profité pour créer un blogue dédié à ton voyage, ça t’a forcément apporté des compétences informatiques! WordPress, la maîtrise du CSS et de l’HTML, mais aussi des compétences en communications avec la maîtrise des réseaux sociaux… Alors, on ne peut pas retrouver du travail après un voyage à long terme? 😉

3. «Mais comment tu vas financer tout ça? T’es riche?»

Bah non, je ne suis pas riche, mais je vais économiser comme tout le monde! Et qui a dit qu’il fallait être riche pour pouvoir voyager… Il est totalement possible de travailler sur place, en échange du logement et de la nourriture. En plus, dans certains pays, on peut facilement vivre avec 10 $ par jour sans avoir l’impression de serrer son budget : avec des repas abondants à 1 $ en Asie, pas besoin de rouler sur l’or!

4. «Non, mais c’est une envie passagère, ça va te passer»

Les personnes de ton entourage qui te disent ça ont généralement un peu de mal à se faire à l’idée que tu vas partir pour un petit bout de temps! Dans cette situation, il n’y a pas grand-chose à faire, mis à part leur laisser du temps et leur prouver que ce projet de voyage va bel et bien se réaliser! C’est en te voyant partir qu’ils se rendront compte que cette lubie est devenue une réalité! ☺

5. «Mais c’est dangereux d’aller voyager dans ces régions-là!»

Le danger est partout et nulle part en même temps : à se dire que tout peut nous arriver à chaque coin de rue, au final on ne sort plus de chez soi! Bien sûr, il existe des régions plus dangereuses que d’autres, mais tu as bien plus de chances de te faire attaquer en marchant dans certains quartiers de Paris ou de Toronto tard la nuit qu’à Hanoi ou Lima. Comme dans chaque coin du monde, c’est en s’adaptant au mode de vie et aux coutumes locales que l’on a le moins de chances d’attirer l’attention, et donc de se trouver dans une mauvaise situation. Alors, avec les proches, il faut casser les préjugés : des vols à l’arrachée et des attaques, il y en a partout! Pourtant, ça ne les empêche pas de sortir de chez eux! Et surtout, sur quoi sont fondés leurs a priori? Ils ne sont sûrement jamais allés dans les pays dans lesquels tu vas aller, alors comment peuvent-ils savoir? ☺ A toi de leur prouver le contraire de ce qu’ils disent!

6. «Mais ton pays va te manquer!»

Peu importe la durée du voyage, de deux semaines ou d’un an, notre pays nous manque forcément un peu, juste pour deux choses : la nourriture et la langue. OUI, tout le monde a besoin de renouer avec ses plats préférés à un moment! Et la langue, même si on croise des compatriotes en chemin, entrer dans un magasin et parler français, c’est agréable… Donc oui, ton pays va te manquer, mais c’est justement pour mieux y revenir et encore plus l’apprécier au retour. Si on devait penser à toutes ces choses qui nous manqueront à chaque fois qu’on part en voyage, alors on n’aurait pas fini de rester chez soi…

En fait, par cette réaction, tes proches essayent plutôt de te dire que tu vas leur manquer et c’est sur ce point-là qu’il faut les rassurer.

BONUS : «Toi, partir en sac à dos? Mais tu n’en es pas capable, ça ne te ressemble pas!»

Une seule chose à répondre : «Ça, je ne le saurai qu’en partant.»

Et toi, as-tu vécu d’autres situations avant de partir pour un long voyage? Et comment as-tu réagi? ☺

The following two tabs change content below.
J'aime le monde, plus particulièrement l'Asie, et j'aime le partager! Me perdre dans une ville ou partir pour un trek en pleine nature, le voyage est un virus! Tu peux me retrouver sur mon blog, Youtube, Facebook, Twitter et Instagram

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous C'est quoi être sédentaire quand t'es nomade dans l'âme?
Next Roadtrip au Québec: Montréal jusqu'à l'Archipel-de-Mingan

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply