L’île de Siargao : le paradis méconnu des Philippines

L’île de Siargao : le paradis méconnu des Philippines

Crédit photo : Claudia Chapdelaine

Ahhh, les Philippines!! Les voyageurs qui ont visité ce pays sont tous du même avis : coup de cœur ASSURÉ.

Les plages, les chutes, les volcans, les grottes, l’eau turquoise, les tribus autochtones, la plongée, le kite, le surf… Il y en a pour tous les goûts. La plupart des backpackers vont au nord, à Boracay et à Palawan, mais ils manquent, selon moi, le plus beau spot : Siargao.

Imagine une île de surfeurs, des cocotiers à perte de vue, des plages à n’en plus finir et des locaux des plus accueillants. C’est le Tamarindo du Costa Rica et l’Uluwatu de Bali, si on recule de quelques années, avant l’arrivée des grandes vagues… de touristes! Je n’enlève rien à ces deux destinations que j’ai adorées, mais le cachet plus chaleureux de Siargao est vraiment venu me chercher.

Pourquoi Siargao?

Plage - Siargao île Philippines - Nomad Junkies

Photo par Claudia Chapdelaine

La bonté des gens, les sourires des enfants et la vibe de se sentir chez soi à des milliers de kilomètres de la maison, c’est apprécié. Ah! Et pour mesdemoiselles, j’oubliais de vous dire qu’une bonne majorité des locaux sont des expatriés surfeurs espagnols (!!). Quant aux gars, vous serez sans mot lorsque vous verrez les filles prendre leurs vagues sur le fameux Cloud 9. C’est comme regarder Blue Crush live.

Ce n’est pas pour rien que la plupart des backpackers qui ont mis les pieds ici ont abandonné leurs plans de voyage en décidant de rester ici tout le long de leur séjour… ou pour toujours! C’est le genre de place où t’es pas considéré comme un touriste, mais où tu fais partie de la communauté. Bref, tellement un coin de paradis qu’au début, on comptait y rester quatre jours, mais on est parties en grosses larmes après deux semaines en promettant à tout le monde qu’on serait de retour très bientôt.

Eat, sleep, surf, repeat

On hésitait à y aller parce qu’on est loin d’être chics à voir aller sur une planche de surf et cette destination est éloignée, mais on a décidé de prolonger notre visa pour avoir le temps de faire ce détour. Meilleure décision ever!

Où rester?

Paglaom hostel : dorms et douches en plein air, musique reggae et des hôtes beaucoup trop accueillants. L’art de la simplicité!

L’horaire de la journée

Debout à 4 h pour aller surfer au lever du soleil, faire une sieste dans un hamac, aller se baigner avec les enfants qui chantent des chansons pour égayer notre journée, retourner surfer au sunset, cuisiner du poulet Adobo avec les locaux directement à l’hostel, chanter des chansons de Jack Johnson en jouant du ukulélé…

C’est «very good nice» comme disent les locaux!

Et la soirée n’est pas terminée! Le plus beau dans tout ça, c’est que le monde se regroupe à un endroit différent chaque soir, ce qui fait en sorte que les soirées se suivent mais ne se ressemblent pas. Feu de camp sur la plage, discothèque, karaoké, cinéma maison, soirée acoustique et j’en passe. Le lendemain? On recommence! C’est le cas de dire eat, sleep, surf & repeat!

Si t’es aussi habile que moi en surf, que t’as toujours eu peur que ça se finisse en noyade tellement t’avales de l’eau, que t’es jamais capable de prendre la bonne vague et que tout ce que tu retiens c’est de t’être coupée sur les coraux ou d’avoir reçu une planche en pleine face, j’ai la meilleure place pour toi!

Cover photo - Siargao île Philippines - Nomad Junkies

Photo par Claudia Chapdelaine

Où surfer?

Je te conseille vraiment d’aller à Jing’s Place pour recevoir des leçons avec le meilleur instructeur. Jing est père de 6 enfants avec lesquels je te promets que tu tomberas en amour, en plus d’être le pasteur de l’église du village et d’offrir gratuitement une éducation préscolaire aux enfants défavorisés avec sa femme, il est aussi un surfeur TRÈS patient, toujours là pour t’aider à t’amuser dans ce sport, même si tu débutes.

Le plus merveilleux de tout ça, c’est de savourer un délicieux repas dans le restaurant tenu par sa femme à notre retour. Je te mets au défi de prendre JUSTE UN mango float dans ta semaine. Bonne chance pour y résister par la suite!

Mon amie et moi on s’est vraiment liées d’amitié avec cette famille. Le genre de personnes que tu aimes tellement que tu vas à l’église avec eux pour leur faire plaisir, ce qui est, soit dit en passant, une expérience culturelle vraiment intéressante à faire aux Philippines, parce que la religion, là-bas, c’est quelque chose! Du gospel tu chanteras, du karaoké chrétien tu fredonneras et des petites danses traditionnelles tu verras.

On fait quoi d’autre?

Zipline - Siargao île Philippines - Nomad JunkiesPour ceux et celles qui sont moins attirés par le surf (ou les visites à l’église!), il y a aussi le kite qui est très prisé.

Si tu fais partie des personnes qui préfèrent y aller mollo, tu peux louer un scooter et faire le tour de l’île. Les paysages ressemblent au film Jurassic Park et tu auras des plages désertiques juste pour toi.

On a fait aussi le island hopping organisé par le Paglaom. Je suis sans mots pour vous dire à quel point cette journée était paradisiaque. Sans doute le top 3 des choses que j’ai fait pendant mes six mois en Asie.

Il y a aussi la proprio de l’hostel, Sunny, qui est très impliquée pour venir en aide aux jeunes orphelins de l’île. Si t’as envie de faire un peu de travail humanitaire, l’orphelinat A Thousand Smiles est l’endroit idéal.

Finalement, tu peux en profiter pour faire des cours de yoga avec Caroline, directement sur le bord de la plage.

Conseils de nomade

  • Réserve ton vol à l’avance plutôt que d’y aller en traversier, ça te coûtera le même prix.
  • N’achète pas de billet de retour parce que tu risques fortement d’avoir à l’annuler!
  • Finalement, vas-y le plus rapidement possible, parce que je te prédis que d’ici cinq ans, cette destination sera connue mondialement et deviendra très touristique.

Là, est-ce que je viens de te convaincre de plier bagages et de partir pour ce petit coin de paradis?

The following two tabs change content below.
Adepte de sports, de plein air et de voyages, je suis de nature rêveuse et épicurienne. Je carbure à l'adrénaline et le voyage d'aventure représente le mariage parfait entre mes passions. À mi-temps globetrotteuse et enseignante, j'ai toujours mille et une idées en tête pour parcourir les quatre coins du monde tout en repoussant mes limites.

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous Voyager : un état d’esprit
Next Voyager entre amis : 5 règles d'or pour que ça se passe bien

1 Comment

  1. argone
    December 30, 12:21 Reply
    Notre blogtrip nous y a conduits aussi et nous avons tous adoré ! Que de bons souvenirs ...

Leave a Reply