Roadtrip d’hiver en Abitibi-Témiscamingue

Roadtrip d’hiver en Abitibi-Témiscamingue

Un roadtrip d’hiver? T’es-tu game? Es-tu prêt à vivre des sensations fortes? Let’s go, sors de ta zone de confort le nomade, viens découvrir la beauté pure de l’hiver d’une façon inhabituelle en Abitibi-Témiscamingue! On t’avais déjà présenté un itinéraire pour un roadtrip d’été avec de la pêche, de l’escalade, la visite des mines, etc. Cette fois, on a joué aux explorateurs, on a mis nos manteaux The North Faceon s’y est aventurées en hiver et crois-moi, c’est totalement différent, mais tout aussi l’fun! C’est un bout d’pays qu’on peut explorer à toutes les saisons.

On a eu la chance d’aller y passer quelques jours et d’y vivre des expériences qu’on veut absolument te partager! Tu découvriras l’hiver d’une façon qui te mettra le sourire aux lèvres et qui, oh!, te fera aimer l’hiver québécois!

Pour voir, faire et vivre tout cela, voici un itinéraire de 5 jours en partant de Ville-Marie jusqu’à Val-d’Or.

Roadtrip en Abitibi-Témiscamingue

Ville-Marie et le lac Témiscamingue

Quoi faire?

Va faire un tour à La Bannik, ce lieu où tout est possible! Motoneige, raquette, ski de fond, glissade sur tubes (attention aux bumps, ça fait mal au fessier, crois-moi haha!) et plus encore. L’entreprise s’est donnée comme mission de pouvoir tout faire sur mesure pour leurs clients, alors n’hésite pas si tu veux t’organiser quelques activités sur mesure. Monte à leur point de vue sur le lac Témiscamingue, c’est un must! La beauté du view point sera pour toujours gravée dans mon esprit.

Pour bien finir la journée, fais un stop à la Ferme du Centaure. Tu pourras y faire de la voltige sur cheval! Quossé ça, tu vas me dire? En gros, ce sont des «acrobaties» sur un cheval. Ne pars pas en peur, tu ne feras pas des flips pis toute là ; tu y monteras plutôt à genoux, debout et plein d’autres types de positions alors que le cheval est au trot, et même au galop (attention, c’est un gros exercice physique, on était rackées le lendemain, haha)! Ayoye, ça fait peur, tu te dis? Yep je te le confirme! Mais ça vaut tellement la peine! Tu as l’impression de voler sur le cheval, de ne faire qu’un avec lui, c’est fou fou! Et quand ton cheval t’écoute et te fait confiance, c’est un magnifique don de soi qu’il te fait.

Ce qui est bien aussi, c’est qu’en te montrant comment danser sur ton cheval, la charmante propriétaire, Orphée, t’enseignera plein de choses hyper-méga pertinentes sur les chevaux, sur leurs comportements et comment interagir de façon naturelle avec eux. Du gros gros love pour ces chevaux! <3

Où manger?

  • Bistro Elle et Louis pour un bon dîner réconfortant qui fera exploser tes papilles gustatives.
  • La chocolaterie Les Chocolats Martine si tu as une dent sucrée, on en rêve encore!
  • À l’Auberge chez Eugène, Ils ont un menu varié qui change et ils privilégient le local le plus possible pour te faire goûter les saveurs de la région. Miam! Pssst leur crème brûlée est juste débile!

Où dormir?

L’Auberge chez Eugène est trooop cute, ils ont de petites chambres coquettes et ça fait style homestay (en langage backpacker)!

Direction Rouyn-Noranda

Que dire de cette ville? Bah, c’est pas bien compliqué, j’y déménagerais demain matin! C’est une ville hyper-culturelle, qui est axée sur son histoire, sur sa dialectique du beau et du laid, de la nature qui l’entoure et de l’usine qui trône dans la vieille partie de la ville, soit le Vieux-Noranda.

Il y a quelques années, ils se sont auto-proclamés «capitale culturelle» et ils ont tellement bien fait! Il y a toujours un festival ou une exposition à voir (psst elles sont toutes gratuites – sauf exception – et le bassin d’artistes est important, ce qui promet une belle diversité). C’est une ville super vivante et active, la vibe y est folle! Bref, un must fois mille!

Quoi faire?

  • Magasin général Dumoulon pour un cours d’histoire sur comment cette jeune ville s’est façonnée. Y faire un tour, c’est un retour, un voyage dans le passé pour en apprendre plus sur l’histoire de Rouyn-Noranda et la région.
  • L’Écart, ce centre d’exposition/OBNL autogéré par des artistes diffuse, dans leur trois petites salles, de l’art actuel et les artistes ont souvent moins de 35 ans, ce qui garantit donc du jeune, du neuf et de l’art qui sort de l’ordinaire.
  • Centre d’exposition : tu pourras y prendre divers cours d’art, comme celui de dessin et tu pourras y visiter une exposition (qui change à tous les 2-3 mois). En ce moment, une de celle qui roule est une salle complètement peinte avec de la peinture black light qui a été créée dans la noirceur totale. T’imagines! Les artistes qui ont fait ça sont clairement bourrés de talent!

Où manger et boire?

  • Un beau gros p’tit déjeuné au St-Exupéry (leur « deux œufs bacon » est simplement exquis)
  • Déguste un délicieux panini chez Olive et Basil.
  • Le Trèfle Noir pour une petite broue, cette microbrasserie qui fait la fierté de la ville!

Notre coup de cœur bouffe du séjour: le Cachottier! Por favor, va déguster les merveilles de ce resto style tapas. L’ambiance y est à la fois chic et décontractée et le décor éclectique rendra tes yeux fous. Le menu change à tous les mois, tu y feras tout le temps de nouvelles découvertes. On s’est entendues pour dire que c’est de loin la meilleure bouffe qu’on a mangé du trip et c’est pas peu dire! 😉

Où dormir?

L’hôtel Albert te permettra d’être en plein centre-ville et donc à côté de tout. Go, laisse ton auto stationnée et pars explorer la ville à pied!

Next step, le Parc d’Aiguebelle

Après ce bain de culture, prends la route et dirige-toi vers la nature, le silence, vers le rêve du Parc d’Aiguebelle. Ça fait deux semaines que je suis revenue et j’en ai encore des frissons quand je repense aux sentiments qui m’habitaient lorsqu’on a dormi dans un refuge rustique dans ce parc national. Je n’ai pas de mot. J’aurais aimé pouvoir capturer ce qui nous entourait et te le transmette.

En gros, tu dors dans un petit refuge isolée dans le bois. Y’a pas d’électricité, encore moins de Wi-Fi! Tout ce qu’il y a faire, c’est te chauffer le corps auprès du poêle à bois, t’éclairer (lire ici, tu verras ce que tu manges haha) à l’aide d’une chandelle et… relaxer avec un bon livre (accompagné d’une lampe frontale)!

Euh allô le « sortir de sa zone de confort » ! Ça fait tellement du bien et tu décroches totalement! Si t’as besoin de te ressourcer et/ou de passer un moment (ou plusieurs) dans la nature pure, that’s the place to be! Pssst, sors dehors le soir pour admirer les étoiles. On a essayé de les compter et on a abdiqué rendues à 3000… 😉

Le lendemain matin, tu pourras faire de la raquette ou du ski de fond, à ta guise, dans leurs magnifiques sentiers. Monte à un de leurs points de vue, tu seras subjugué par la beauté des lieux.

Continue ton chemin vers Amos

Savais-tu que l’eau embouteillée Eska vient de ce bout d’pays? L’eau que tu boiras du lavabo, celle avec laquelle tu prendras ta douche et tu te brosseras les dents proviendra de la même source. J’ai jamais pris une aussi bonne douche qu’à Amos – surtout après avoir dormi la veille au refuge. 😉

Quoi faire?

L’incontournable Refuge Pageau
Le Refuge Pageau s’est donné la belle mission de prendre soin d’animaux orphelins et/ou blessés et de les relâcher dans la nature si l’empreinte humaine n’est pas trop présente. Ils prennent vraiment leur mission à cœur et la visite guidée t’en apprendra plus sur tous les animaux qui y sont, sur ce qu’ils ont vécu, leurs relations avec les humains, etc. Ce n’est surtout pas un zoo, mais plutôt un refuge pour animaux, un lieu où tout est fait pour protéger la faune québécoise. Des orignaux, aux loups, en passant par les renards des neiges et les oiseaux de proies, tu as droit à du cuteness à profusion. Je suis tellement tombée en amour avec ces petites bêtes que je voulais toutes les ramener chez moi! On m’a dit non. Déçue, j’étais. 😉

Où dormir et manger?

Amosphère Complexe hôtelier. Après avoir passé la nuit de la veille dans un refuge, tu seras bien heureux de retrouver un lit aussi confortable, crois-moi! 

En route pour Val-d’Or!

Le dernier arrêt est Val-d’Or, cette ville qui regorge de chouettes restaurants, de culture et d’activités à faire, dont deux de nos coups de cœur du séjour!

Quoi faire?

Du Fatbike
On a testé, pour la première fois de notre vie, un sport qui devient de plus en plus populaire à travers le Québec : le Fatbike à la Forêt récréative de Val-d’Or. Pour vrai, ayoye! J’ai jamais autant eu chaud pendant une activité dehors l’hiver. En gros, c’est du vélo de montagne, mais… dans la neige! Tu pédales dans des sentiers, tu te promènes entre les arbres et les collines de la forêt.

Attends, j’ai dit «pédale»? Quelle bonne blague! Si t’es comme moi, tu rush ta vie et tu tombes à toutes les deux minutes, haha! Ce qui est ben le fun, c’est que tu tombes dans genre 5 pieds de neige, alors aucun souci, tu ne te feras jamais mal. Je m’amusais même à pratiquer mes skills de ballerine en me laissant tomber bien gracieusement. 😉 J’étais la risée des gars avec qui on était, mais so what! Il faut bien rire de soi-même!

Fat bike Abitibi Temiscamingue Nomad Junkies

Du traîneau à chiens

En arrivant à Husky aventure Harricana, tu fais la connaissance d’Alain, le très gentil propriétaire et musher de la place. J’ai vraiment aimé sa philosophie : il fait ça à temps partiel seulement pour le plaisir et pour l’amour des chiens. Sa devise? Garder l’entreprise petite pour que ça reste abordable, mais aussi agréable pour les visiteurs! Le fait qu’il ne puisse pas y avoir plus de 2-3 traîneaux à la fois (il n’a qu’une trentaine de chiens) te permet donc d’avoir la paix quand tu vogues à travers sa terre.

Le site est magnifique: tu passes par des petits chemins dans les bois et tu n’entends que les pas et le halètement des chiens. Rien d’autre. La paix totale, j’te dis! Ça n’a rien à voir avec ce que tu vas trouver dans les centres à plus gros volume, pis en plus, c’est moins cher que bien des places. Bon, j’pense que t’as compris, ça vaut la peine!

T’as le sentiment de voler tellement tu suis le mouvements des chiens!

Où manger?

  • Balthazar Café (allô la miam-itude de leurs paninis!)
  • Va te gâter au Bar-bistro L’Entracte. Les portions sont généreuses et la qualité de ce que tu mangeras l’est encore plus! Ça vaut chaque sou, crois-moi. Mon osso bucco me fondait dans la bouche, j’en crave depuis!

Où dormir?
À l’Auberge de l’Orpailleur! Tenue par une charmante Française, cette auberge est hyper-coquette, avec son décor champêtre. Tu t’y sens comme chez toi (dude, y’a même du sel de bain dans la toilette commune!#dugrosloveici).

Retour à la gran’ville

Reprends la route vers Montréal en passant par le Parc de la Vérendrye. Beaucoup chialent sur sa longueur, mais j’ai adoré y conduire l’hiver avec la beauté de la route et des forêts.

Après tout ça, après avoir vécu un trip de fou en Abitibi-Témiscamingue, après avoir été témoin de cette beauté, comment fais-tu pour revenir en ville me dis-tu? Aucune idée, pour être franche. En arrivant à Montréal, j’avais l’impression d’étouffer, de ne plus me reconnaître dans cette ville de béton. Bleh.

Okbyej’yretourneretrouverl’hiver.

Astuces de nomade :

  • Si tu prévois faire deux activités plein air dans une même journée, prévois toi deux paires de tout (mitaines, combines, bas, etc.), car ça se peut fort bien que tu te retrouves trempe à la lavette après avoir fait, par exemple, du Fatbike. Fack là, quand tu vas faire une balade en traîneau à chiens après, t’as un tout-mini-peu froid, tsé!
  • Prévois un bon budget pour ton séjour. Dis-toi que ça en vaut la peine et qu’anyway, étant donné que la région est éloignée des grands centres, les activités y sont moins chères!
  • Sur les médias sociaux, suis les hashtags #culturat et #tourismeat pour tout savoir ce qui se passe dans la région!

Merci à Tourisme Abitibi-Témiscamingue pour ces aventures hivernales!

Pour planifier ton roadtrip dans la régionconsulte :

The following two tabs change content below.

Sarah Cohen

Ambassadrice-Rédactrice at Nomad Junkies
Je veux découvrir le monde parce que je suis accro au mode de vie nomade ! Passionnée de plongée sous-marine et de danse, j'ai un "let's get lost" tatoué dans le front. Joins-toi aux Nomad Junkies sur Facebook, Twitter et Instagram

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous La pureté de la beauté hivernale de l’Abitibi-Témiscamingue
Next De la grosse «pow» à Kicking Horse

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply