Portrait de nomade : 7 questions à Karl du Free Spirit Hostel

Portrait de nomade : 7 questions à Karl du Free Spirit Hostel

Cofondateur du Free Spirit Hostel, le nomade Karl T. Pineault est le parfait exemple de l’homme d’affaires hippie aux allures de beach bum. Ses études en administration des affaires avec une double spécialisation en développement international et en entrepreneuriat ont pavé le chemin pour une carrière de globe-trotteur professionnel.

Grand rêveur et avide voyageur, il a su combiner sa passion pour le voyage en saisissant l’opportunité d’une vie, soit d’ouvrir une auberge de jeunesse au Nicaragua, sous les tropiques! Entre deux vagues, il nous explique comment il est devenu nomade à temps plein.

Que fais-tu dans la vie pour voyager autant?

J’ai une auberge de surf et yoga au Nicaragua! J’ai commencé à voyager davantage lorsque j’ai eu 18 ans et tous mes étés de libres. J’économisais en travaillant comme un fou durant l’année scolaire et je profitais de deux ou trois mois de vacances l’été pour voyager aux quatre coins du monde. Puis, j’ai fondé le Free Spirit Hostel au Nicaragua il y a trois ans, où j’ai la chance d’avoir trois partenaires ce qui me donne la flexibilité de partir à l’aventure plusieurs mois par année.

Free Spirit proprio - Portrait de nomade : 7 questions à Karl du Free Spirit Hostel - Nomad Junkies

Photo : The Free Spirit Hostel

Qu’est-ce qui t’a poussé à adapter un style de vie nomade?

Mes parents m’ont fait découvrir le voyage à l’âge de trois ans. Par la suite, chaque trois ans, nous partions à l’aventure en famille. Puis, ma sœur aînée a commencé à voyager alors que j’avais 15 ans et la jalousie était palpable. Nous avons donc fait le pacte que lorsque j’aurais 18 ans, nous irions vivre en Australie et en Nouvelle-Zélande le temps d’une année.

De là, j’ai eu la piqûre du voyage, mais surtout le profond désir de sortir de ma zone de confort et de parcourir le monde en quête d’aventure chaque fois qu’une occasion se présenterait devant moi. Dix ans plus tard, j’ai mis les pieds sur tous les continents. J’ai vécu sur quatre d’entre eux, travaillé sur trois et eu la chance de découvrir 55 pays à ce jour. Le monde est mon terrain de jeu et les aéroports sont ma deuxième maison.

Surf Karl - Portrait de nomade : 7 questions à Karl du Free Spirit Hostel - Nomad Junkies

Photo : The Free Spirit Hostel

Comment est-ce que ton entourage perçoit ton mode de vie nomade?

Ma famille me supporte depuis le tout début, car ils sont tous des voyageurs qui aimeraient être à ma place. Cependant, comme nous sommes une famille très unie, nous nous organisons des rencontres aux quatre coins du monde depuis toujours. C’est incroyable de pouvoir partager des moments aussi intenses de voyage avec ses proches.

D’un autre côté, j’ai des amis qui me comprennent et savent exactement ce que le voyage et la vie de nomade m’apportent. Il y en a d’autres pour qui je suis un extraterrestre qui fait juste repousser le moment où je devrai m’arrêter pour débuter une carrière au Québec!

Free Spirit Bar Karl - Portrait de nomade : 7 questions à Karl du Free Spirit Hostel - Nomad Junkies

Photo : Génération Nomade

Quels pays as-tu visités à ce jour et quel est ton coup de cœur?

C’est difficile d’avoir un coup de cœur parmi 55 pays, mais je dirais que :

  • Pour le plein air, la Nouvelle-Zélande c’est le meilleur endroit.
  • Pour la nourriture, la Thaïlande et l’Indonésie sont mes préférés.
  • Pour le lifestyle, le coût de la vie et le surf, le Nicaragua est au top de la liste
  • Pour sortir de sa zone de confort, les pays tels la Pologne, l’Ukraine et la Bulgarie sont époustouflants et à voir assurément.
  • Puis finalement, un road trip en Espagne et au Portugal est un incontournable pour tous les voyageurs.

Ma liste comprend la majorité des pays d’Europe. J’ai aussi parcouru la majorité des pays d’Amérique du Nord, Centrale et du Sud (si on élimine les îles dans les Caraïbes), l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les îles Cook, le Maroc, l’Afrique du Sud, le Koweït, les Émirats arabes unis, le Qatar, l’Indonésie, la Thaïlande, la Malaisie, les Philippines et plus encore!

Quelle est ta devise dans la vie?

S’il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir!

J’ai toujours été un gars qui aimait s’amuser, mais surtout quelqu’un qui adore rire et voir les gens rire eux aussi. C’est pourquoi j’ai vite commencé ma vie d’adulte en faisant d’innombrables niaiseries dans le but de m’amuser et de faire rire les personnes les plus coincées. Qu’ils rient de moi ou avec moi ça n’a aucune importance, car je veux simplement avoir du plaisir dans la vie.

Hippie Van Karl - Portrait de nomade : 7 questions à Karl du Free Spirit Hostel - Nomad Junkies

Photo : The Free Spirit Hostel

Quels conseils donnerais-tu à ceux qui aimeraient voyager à long terme?

Fais-toi un budget pour économiser !

Règle #1 pour voyager à long terme : l’épargne

Choisis le montant que tu désires avoir pour partir, 10 000$ par exemple. Dison que tu as 50 semaines devant toi, fais en sorte qu’à chaque lundi la première dépense de ta semaine soit de 200$. Ça va dans ton «fond voyage» et tu n’as pas le droit d’y toucher! Si tu as bien fait tes objectifs avec le salaire que tu fais, tu ne devrais pas avoir de problème. Comme c’est ta première dépense, pour le reste de ta semaine tu devras peut-être couper dans tes activités ou sacrifier un peu ton confort. Dis-toi qu’au final, tu auras l’argent pour triper plusieurs mois en voyage.

N’oublie surtout pas que cet argent est déjà dépensé donc il n’est plus accessible pour des dépenses courantes. Serre-toi la ceinture et fais en sorte que ça marche!

Karl cigare - Portrait de nomade : 7 questions à Karl du Free Spirit Hostel - Nomad Junkies

Photo : Génération Nomade

Règle #2 pour voyager à long terme : la loi du 80/20

Suis ton budget à destination, pas à chaque jour, mais à chaque semaine. Il y aura des jours où tu dépenseras plus et d’autres moins. Par exemple, lorsque je voyageais en Europe, une semaine j’étais dans des pays d’Europe de l’Est où je dépensais 150$ en 7 jours. La semaine d’après, j’étais en Norvège et j’en dépensais 550$ en 7 jours! Au final, j’étais dans mon budget de 50$/jour après deux semaines.

L’important, est de revenir de voyage non pas dans le rouge, mais avec un peu d’argent pour te permettre de survivre avant de te retrouver un emploi.

Tu aimerais aussi : Comment économiser 20 000$ en une année pour voyager

Finalement, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite?

De continuer à parcourir le monde en quête d’aventures et d’expériences les plus incroyables les unes que les autres.

De trouver d’autres «secret spots» comme El Transito au Nicaragua pour y ouvrir d’autres auberges de surf et yoga un peu partout à travers le monde.

Suis toutes les aventures de Karl au Free Spirit Hostel sur Facebook, Instagram et YouTube.

Découvre l’épisode du Free Spirit Hostel de la websérie Génération Nomade ici 👇

 

The following two tabs change content below.

Safia Dodard

Co-fondatrice et rédactrice at Nomad Junkies
Je voyage parce que je suis accro au mode de vie nomade . J'ai quitté mon emploi en agence de pub pour explorer le monde, d'abord en backpack et maintenant avec le cirque. Rejoins notre communauté de nomades sur Facebook, Twitter et Instagram.

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous Hoidarin : explorer les Alpes grâce à un métier hors de l'ordinaire
Next Vague de confessions : Guillaume Sans Destination

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply