Portrait de nomade : 7 questions à Guillaume Vermette, clown humanitaire

Portrait de nomade : 7 questions à Guillaume Vermette, clown humanitaire

Il n’existe pas de méthode unique pour devenir nomade; tout le monde peut y arriver à sa façon et certains le font de manière surprenante! C’est pour ça que, quand j’ai rencontré Guillaume Vermette entre deux conférences aux NomadTALKS, j’ai tout de suite su que je devais partager son histoire!

Ce nomade inspirant a posé le pied sur presque tous les continents grâce à un métier qu’il s’est lui-même créé : celui de clown humanitaire. Son grand cœur et sa personnalité explosive étaient les seuls atouts dont il avait besoin pour voyager autour du monde à temps plein et adopter le mode de vie nomade! Aujourd’hui, il sillonne le monde grâce à la générosité des donateurs qui visitent sa page Facebook.

Guillaume est la preuve vivante que peu importe ce que tu fais dans la vie, il y a un moyen de le faire sur la route en mode nomade! Alors qu’il s’apprêtait à partir pour un voyage de cinq mois dans 14 pays différents, il a pris quelques minutes pour répondre à sept questions pour qu’on puisse s’inspirer de son parcours.

Russie - Portrait de nomade : 7 questions à Guillaume Vermette, clown humanitaire - Nomad Junkies

Photo : Guillaume Vermette

Que fais-tu dans la vie pour voyager autant?

Je suis un clown humanitaire depuis 10 ans! Je fais le tour du monde afin de distribuer du bonheur, de l’amour et de l’espoir dans les camps de réfugiés, les zones de guerre, les hôpitaux, les orphelinats, etc. J’utilise mes compétences d’artiste de cirque, de professeur, d’intervenant et de conférencier… peu importe où je peux faire une différence, et ce, bénévolement!

Qu’est-ce qui t’a poussé à adopter un style de vie nomade?

Je trippe sur les voyages depuis l’âge de 14 ans et j’ai toujours voulu faire un métier dans lequel je pourrais faire une différence. Au cégep, j’ai décroché un contrat d’animateur-intervenant dans une communauté inuite au Grand Nord québécois. En réponse à toutes les injustices et les problèmes que j’y ai croisé, j’ai eu un flash : «Je vais devenir clown humanitaire!».

Enfants - Portrait de nomade : 7 questions à Guillaume Vermette, clown humanitaire - Nomad Junkies

Photo : Guillaume Vermette

Après cette expérience mémorable, tout s’est bousculé… études en psychologie, études en théâtre clownesque, formations en cirque, j’ai fondé une compagnie d’animation, je faisais environ trois voyages humanitaires par année, etc. Ça me coûtait environ 10 000 à 15 000 $ par année pour l’humanitaire et c’était entièrement financé par mon salaire de clown.

En janvier dernier, j’ai pris un risque : j’ai vendu ma compagnie et j’ai décidé d’essayer de réaliser mon plus grand rêve, soit de ne faire que de l’humanitaire à temps plein!!

Comment est-ce que ton entourage perçoit ton mode de vie?

Quand j’ai annoncé à ma mère que je lâchais l’université pour faire ça, elle m’a dit «Y’était temps!!!». Par contre, il y a énormément de préjugés et de mauvaises conceptions sur la réalité des artistes… encore plus sur les clowns nomades!

La perception erronée qui revient le plus souvent, c’est celle d’un bohème tout croche et pas sérieux. Parce que pour bien des gens, quand tu ne fais pas de sous, c’est pas sérieux!

La vérité, c’est que je faisais plus d’argent que la moyenne des gens et que j’aurais pu en faire beaucoup plus dans plusieurs domaines… mais ça ne m’intéresse pas!

Ceux qui me connaissent me décrivent plutôt comme un gars fonceur, rationnel, discipliné, organisé, généreux et dévoué.

Personnes âgées - Portrait de nomade : 7 questions à Guillaume Vermette, clown humanitaire - Nomad Junkies

Photo : Guillaume Vermette

Tu aimerais aussi : Voyage humanitaire : 5 raisons de te lancer

Quels pays as-tu visité à ce jour et quel est ton coup de cœur?

En faisant la liste, je me rends compte que j’en ai fait beaucoup moins que je croyais! La raison est que je retourne généralement aux mêmes endroits, parce que j’y développe une relation significative avec les gens, en plus d’une certaine expertise. Ça me permet d’avoir plus d’impacts positifs et de résultats sur le long terme.

Voici la liste : Grand Nord (québécois), États-Unis, Pérou, Cuba, Haïti, République dominicaine, Royaume-Uni, Italie et Sardaigne (île Italienne avec sa propre langue), Espagne, Russie et Ossétie du Nord (province de la Russie avec une autre langue et culture), Grèce, Jordanie, Thaïlande, Japon, Autriche et Pays-Bas!

Mon coup de cœur : la Russie! J’y suis allé 15 fois! Le peuple peut être plutôt froid en public, mais les Russes sont excessivement chaleureux et généreux dans l’intimité. La culture russe me fascine. La belle Saint-Pétersbourg est ma ville préférée au monde!

Au moment où j’écris ces lignes, je suis à quelques jours de m’envoler pour plus de cinq mois, en passant (entre autres) par ces pays : Royaume-Uni, France, Grèce, Bulgarie, Russie, Burkina Faso, Thaïlande et Birmanie!

Câlin - Portrait de nomade : 7 questions à Guillaume Vermette, clown humanitaire - Nomad Junkies

Photo : Guillaume Vermette

Comment est-ce qu’on peut t’aider?

Je suis à 100 % bénévole, alors les dons sont plus que bienvenus! Il suffit d’aller sur ma page Facebook «Guillaume Vermette Clown Humanitaire» et de cliquer sur «Faire un don». Chaque dollar fait une différence et je vous en suis éternellement reconnaissant!! Je dépense le minimum et j’ai besoin de moins de 10 000 $ par année… c’est rien! Sinon, vous pouvez toujours me suivre sur Facebook et partager mes aventures. Ça m’aide à rejoindre plus de gens et les sensibiliser à diverses causes.

Quels conseils donnerais-tu à ceux qui aimeraient voyager à long terme?

Vas-y! C’est génial! Aussi, le bénévolat est vraiment une merveilleuse façon de le faire. En plus de voir la planète, tu te rends utile et c’est vraiment le fun. Quand tu aides les gens, tu reçois beaucoup en retour. Après 10 ans à faire ça, je paye très rarement pour mon transport, mon hébergement et ma nourriture. Des gens et des organismes de partout dans le monde m’aident.

Jongleur - Portrait de nomade : 7 questions à Guillaume Vermette, clown humanitaire - Nomad Junkies

Photo : Guillaume Vermette

Finalement, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite?

Je pourrais difficilement imaginer mieux que ma situation actuelle. C’est ce dont je rêve depuis onze ans! Souhaitez-moi tout simplement de pouvoir continuer longtemps!

Pour suivre les aventures de Guillaume ou lui faire un don, rends-toi sur sa page Facebook!

The following two tabs change content below.

Karl-Philip Vallée

Collaborateur at Nomad Junkies
Je suis un curieux de nature, complètement fasciné par l'inconnu. Cette quête de nouvelles découvertes m'a d'abord mené vers le journalisme, avant que celui-ci me fasse découvrir Nomad Junkies. Aujourd'hui, je m'apprête à faire le saut vers le mode de vie nomade, une philosophie qui me sied à ravir!

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous Bali : 5 choses à savoir pour une première visite
Next Portrait de nomade : 7 questions à Geneviève de The Great Anomaly

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply