Portrait de nomade : 7 questions à Simon de Freedom Surfer

Portrait de nomade : 7 questions à Simon de Freedom Surfer

Voyager à temps plein! Montréalais d’origine, Simon voyage non-stop depuis plus de trois ans. Entrevue avec ce nomade :

Que fais-tu dans la vie pour voyager autant?

Beaucoup de choses! Lorsque j’ai commencé à vivre le mode de vie nomade, je générais presque tout mon revenu sur les marchés des devises. Aujourd’hui, je travaille toujours en finance, mais j’ai aussi lancé trois compagnies web. Une firme de sécurité, une communauté pour nomades nommée Freedom Surfer et une firme de recherche comportementale.

Je suis passionné par l’entrepreneuriat et la seule raison pourquoi je ne dirige pas plus de compagnies, c’est le manque de temps. Selon moi, pour réussir comme nomade, il faut simplement avoir une mentalité d’abondance et un peu de créativité. Comme je l’ai souvent dit à mes amis : «There’s millions of potential customers out there waiting for you to take their money».

freedom-surfer

Qu’est-ce qui t’a poussé à adopter un style de vie nomade?

Je suis devenu un nomade pour me débarrasser de mon fardeau fiscal. Drôle de raison, hein? Contrairement à la plupart des nomades, j’ai commencé à travailler en ligne plusieurs années avant de quitter le pays. Je me faisais ramasser au niveau impôts au Québec et j’étais à la recherche d’une solution.

Elle s’est présentée sous la forme d’un livre: la théorie des cinq drapeaux. Essentiellement, c’est une stratégie légale qui permet à un entrepreneur web d’effacer le mot «impôt» de sa vie. Il y avait une condition: pour se qualifier, il était nécessaire pour moi de quitter le Canada. N’étant pas très patient, trois mois après avoir lu le livre, j’atterrissais à Singapour, prêt à commencer ma nouvelle vie.

Freedom Surfer

Comment est-ce que ton entourage perçoit ton mode de vie?

Ma famille est très compréhensive en ce qui concerne mon mode de vie. C’est sûr que la distance peut peser lourd parfois, mais avec la technologie, c’est facile de rester en contact. En fait, je dirais même que je parle plus souvent à mes parents et ma sœur que lorsque je vivais au Québec.

En ce qui concerne mes amis, c’est évident que mon cercle a beaucoup changé depuis que j’ai quitté le pays. Je reste en contact avec mes amis les plus proches, mais overall, j’ai rencontré la grande majorité de mes amis actuels à l’étranger.

freedom-surfer-resto

Quels pays as-tu visités à ce jour et quel est ton coup de cœur?

Ce serait plus facile de nommer les pays que je n’ai pas encore visités héhé! J’ai visité tout le Canada, les États-Unis, je suis allé à plusieurs reprises en Amérique latine, j’ai visité tout l’Europe (même la Biélorussie), je suis allé en Afrique, au Moyen-Orient, presque partout en Asie, en Australie, etc.

Mon coup de cœur est la Thaïlande, plus précisément Bangkok. C’est une ville fantastique avec des restaurants incroyables, des lounges à faire rêver, des hôtels où chaque client est traité comme un empereur et une vibe générale qui est difficile à décrire.

Freedom Surfer

Quelle est ta devise dans la vie?

Ma devise, c’est :

Ne regarde pas le prix de réaliser tes rêves, regarde le prix de ne pas les réaliser.

Je vais vous raconter une petite histoire qui, je crois, résume bien cette devise. Cela fait plusieurs années que je travaille sur le web et, durant toutes ces années, j’avais des fonds d’écran de plages tropicales sur mon ordi. C’était rendu un truc normal pour moi et je les changeais tous les 2-3 mois, prenant grand soin de m’assurer que l’image soit parfaite et le plus exotique possible.

Quelques mois après avoir commencé à voyager, j’étais sur une île au large du Cambodge, en train de travailler au bord de la mer. Après avoir fini mes tâches de la journée, j’ai fermé mes programmes et le fond d’écran a attiré mon attention. Au début, je trouvais ça drôle que mon fond d’écran soit si similaire à la plage sur laquelle j’étais. Ensuite, ça m’a frappé: pourquoi est-ce que je focalisais tant sur des choses inutiles comme mes fonds d’écran et si peu sur ce qui est vraiment devant moi? Pour faire une histoire courte, depuis ce jour là, je n’ai plus de fond d’écran. J’en n’ai plus besoin.

Freedom Surfer

Quels conseils donnerais-tu à ceux qui aimeraient voyager à long terme?

Achète un one-way pour l’autre bout du monde. Tu t’arrangeras une fois là-bas. Ne fais pas ça en Norvège si ton budget est limité!

Freedom SurferFinalement, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite?

De continuer à ne pas avoir peur de prendre des risques. De continuer à tripper. De continuer à ne pas être normal. Ah et de ne pas attraper MERS-CoV (coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient) lorsque je vais à Hong Kong la semaine prochaine haha!

Tu peux suivre Simon et ses histoires de nomade sur Facebook, Twitter et son site web Freedom Surfer.

The following two tabs change content below.

Emilie Robichaud

Co-fondatrice et rédactrice at Nomad Junkies
Je suis accro au mode de vie nomade ! Depuis plus de 4 ans, j’ai quitté ma zone de confort pour voyager à temps plein. Mon tour du monde sans fin compte plus de 53 pays et ça continue! Le voyage, c'est un style de vie et un état d'esprit! Joins-toi aux accros sur Facebook, Twitter et Instagram

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous [Reportage] Assoiffées d'aventures, elles voyagent en solitaire
Next [Guide du campeur] Liste complète pour les longs séjours de camping

1 Comment

Leave a Reply