Portrait de nomade : 7 questions à Erika Drolet

Portrait de nomade : 7 questions à Erika Drolet

Voyager comme mode de vie! Beach bum et femme d’affairesErika Drolet est la preuve que tout est possible si tu as le courage de suivre ce qui te fait vibrer. Elle représente exactement cette nouvelle génération, dont je fais également partie, qui a décidé de s’assumer en tant que nomade! Ça me fait donc plaisir de partager son histoire si inspirante. Entrevue avec cette jolie sirène :

Googles coquillages - Portrait de nomade : 7 questions à Erika Drolet - Nomad Junkies

Photo : @erika_drolet

Que fais-tu dans la vie pour voyager autant?

Ce qui me permet maintenant de véritablement allier travail et voyage, c’est que je travaille en ligne, à mon compte, pour différentes compagnies (en d’autres mots, je suis une «digital nomad»).

Mais ça, c’est tout récent.

D’où te vient cette passion du voyage?

Ma relation intime avec le voyage a commencé il y a plusieurs années. Je crois qu’un nomade l’est dans l’âme et qu’un jour tu décides simplement d’arrêter d’essayer de te convaincre que tu fit en ville. D’arrêter de te faire à croire que t’aimes ça prendre le métro tous les matins avec plein de gens qui ont l’air blasés et qui attendent juste de dire TGIF. On adopte le style de vie nomade parce qu’au fond de nous, c’est seulement lorsqu’on est dans le vent qu’on se sent en vie… J’ai simplement décidé que c’est avec ce sentiment de légèreté-là que je voulais à tout prix me réveiller chaque matin.

Mes parents ont été les premiers à me donner la clé des champs, à me partager leur passion pour le voyage. Puis, ils m’ont laissée partir tout un été dans l’Ouest Canadien à 18 ans et pour huit mois en Océanie et en Asie dès que j’ai fini le cégep. Les pauvres… Je n’en suis jamais réellement revenue!

Je me suis trouvée constamment insatisfaite, je voulais en voir plus, repartir, toujours et encore repartir. Je suis allée étudier le design graphique en Italie pendant un an. Quelques mois après être revenue, j’ai fondé une compagnie ici, Jane&Rye, un projet qui m’a fait beaucoup grandir. Mais le désir d’aventure me hantait toujours

Alors, j’ai tout vendu et je suis repartie avec un billet aller simple direction l’Indonésie, l’été dernier. J’avais besoin d’une bonne grande puff d’air, de liberté. De ré-enligner mes aiguilles et voir ce qui me faisait vraiment vibrer, maintenant que je n’avais plus aucune attache. Parce qu’au fond, ça ne m’était jamais arrivé d’avoir rien pantoute; plus rien qui m’attend derrière, à la maison, et aucun projet devant.

Deux choses m’ont parues super claires après à peine quelques jours en Indonésie :

  1. Il n’y avait aucune chance que je retourne vivre full-time à Montréal.
  2. ll fallait que je trouve un moyen durable de faire de l’argent de n’importe où dans le monde.

And so I made it happen. J’ai décidé d’approcher des compagnies Québécoises que j’admirais beaucoup, mais qui n’avaient pas une game très solide au niveau du web. La plupart des designers ou des artistes en général sont super bons/bonnes dans leur art, mais moins à l’aise au niveau du marketing. Perso, c’est le côté qui me fait tripper, bien au-delà du produit en soi.

Donc, me voilà maintenant web marketing manager pour June Swimwear et pour Sokoloff Lingerie. Mon défi? Améliorer de A à Z leur présence et leurs ventes en ligne. J’ai donc redesigné complètement leur site web, je gère leur boutique en ligne au quotidien, je m’occupe aussi de leurs médias sociaux, de concevoir les newsletters, d’amener une vision externe sur le projet et de générer des idées funky pour les campagnes publicitaires. Pour d’autres compagnies, telles KSF, Bonvilain, Boutique Kitsch, j’ai le contrat de (re)designer leur site web, tout simplement.

Je repars aussi à Bali dans quelques jours pour faire un cours intensif pour devenir professeure de yoga certifiée. Avec la soif de découverte vient aussi la soif d’apprentissage, l’envie d’en découvrir davantage sur le pouvoir du corps, de l’esprit et de toutes les énergies incroyables qui régissent notre univers. Et puis c’est un cours qui me permettra d’enseigner n’importe où dans le monde! Cela me mènera vers un nouveau projet pour filles seulement, qui s’installera au Salvador à l’automne. Je vous en parle davantage à la dernière question…

Coucher de soleil - Portrait de nomade : 7 questions à Erika Drolet - Nomad Junkies

Photo : @erika_drolet

Comment est-ce que ton entourage perçoit ton mode de vie?

C’est une bonne question… Je crois que j’en fais chier quelques-uns ahah! Je rigole, mais je crois que ceux qui me connaissent depuis longtemps savent que j’ai toujours été insatiable et la tournure des événements ne les surprend pas réellement. Je prends plaisir à les faire voyager avec mes photos et mes mille et une histoires abracadabrantes et pour plusieurs c’est assez. Je sais que je suis réellement choyée de vivre ainsi et je cherche toujours à partager cette énergie positive avec mon entourage.

Sinon, avec le blogue Better Stay Wild, entres autres, il y a beaucoup de gens qui me contactent, qui sont curieux, qui veulent savoir comment j’y arrive. Je trouve ça super cool de voir qu’il y a un intérêt, car je crois sincèrement que celui ou celle qui ose partir réalisera bien vite qu’il y a beaucoup d’autres gens de l’autre côté de cette «clôture» qui ont eux aussi choisi une vie hors du commun!

Singapour - Portrait de nomade : 7 questions à Erika Drolet - Nomad Junkies

Photo : @erika_drolet

Quels pays as-tu visités à ce jour et quel est ton coup de cœur?

Panama, Costa Rica, El Salvador, Équateur, États-Unis (+ Hawaï), Mexique, République Dominicaine, Guadeloupe, France, Espagne, Suisse, Allemagne, Italie, Hollande, Maroc, Australie, Nouvelle-Zélande, Indonésie, Thaïlande, Vietnam, et plusieurs îles des Caraïbes.

On tombe en amour avec des gens à des endroits en particulier, plus qu’avec des pays. Mais disons que j’ai eu des gros crushs sur l’Indonésie et l’Australie.

Sous l'eau - Portrait de nomade : 7 questions à Erika Drolet - Nomad Junkies

Photo : @erika_drolet

Quelle est ta devise dans la vie?

Listen to your gut feeling and follow your intuition. It is incredibly powerful!Your heart ALWAYS knows the way when your head doesn’t.

Lever du soleil - Portrait de nomade : 7 questions à Erika Drolet - Nomad Junkies

Photo : @erika_drolet

Quels conseils donnerais-tu à ceux qui aimeraient voyager à long terme?

JUST BUY A TICKET AND GET ONTO THIS PLANE!

À partir du moment où tu prendras la décision que tu veux suivre tes envies, coûte que coûte, plus rien ne sera pareil. Il suffit de faire le move et puis l’univers conspirera alors à t’aider! Si tu écoutes ton intuition, tu trouveras un moyen d’arriver à tes fins, d’arriver à survivre financièrement aussi. Il y a TOUJOURS un moyen, mais souvent on le découvre seulement une fois déjà sur la route! Comme l’a écrit Mandy Hale: «You don’t always need a plan. Sometimes you just need to breathe, trust, let go and see what happens.»

Je partage sur mon blogue depuis l’été dernier mes aventures et mes «Ninja travelling tricks» et j’ai justement publié récemment un article sur 15 façons de travailler en voyageant. Ça en aidera sûrement quelques-uns!

Sourire - Portrait de nomade : 7 questions à Erika Drolet - Nomad Junkies

Photo : @erika_drolet

Finalement, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite?

De continuer à avoir la santé nécessaire pour vivre cette aventure merveilleuse qu’est la vie. Ça sonne vieux jeu, mais sérieusement, c’est tout ce dont on a réellement besoin.

Aussi, il y a mon nouveau projet pour filles seulement à l’automne au Salvador. Je rêve d’avoir la chance de partager mes passions et mes expériences avec d’autres filles vibrantes; qu’on puisse s’allier pour vivre une aventure complètement unique loin de la maison. Une expérience qui permettra d’ouvrir une infinité de nouvelles possibilités tout en ayant beaucoup trop de plaisir! Une semaine active où l’on repoussera nos limites physiques, mais aussi où l’on prendra le temps d’écouter nos envies, de les partager et de générer de nouvelles idées. Le tout sous le soleil, bien sûr!

C’est dans cette optique que ma partenaire Marie-Christine Amyot et moi lancerons sous peu The Salty Souls Experience. Il s’agira d’une retraite de 9 jours exclusive aux filles dans une villa Salvadorienne où nous allierons yoga, surf, développement personnel et la magie de se retrouver avec d’autres femmes trippantes qui rêvent elles aussi de faire de leur vie une histoire qui vaut la peine d’être racontée! Si jamais ça t’intéresse, visite Salty Souls Experience.

Tu peux suivre Erika et sa vie trépidante sur son Instagram, son projet Salty Souls Experience et son blogue Better Stay Wild.

The following two tabs change content below.

Emilie Robichaud

Co-fondatrice et rédactrice at Nomad Junkies
Je suis accro au mode de vie nomade ! Depuis plus de 4 ans, j’ai quitté ma zone de confort pour voyager à temps plein. Mon tour du monde sans fin compte plus de 53 pays et ça continue! Le voyage, c'est un style de vie et un état d'esprit! Joins-toi aux accros sur Facebook, Twitter et Instagram

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous Dormir dans les arbres en pleine jungle au Laos
Next C'est quoi être sédentaire quand t'es nomade dans l'âme?

3 Comments

  1. […] épaules de surfeuses étaient soulagées par les cours de yin yoga. Les massages à la lavande d’Erika lors du shavasana étaient dignes d’un voyage astral. De loin, ce moment figure sur la liste de […]

Leave a Reply