Le «gène du  nomade» : 20 % de la population l’aurait

Le «gène du nomade» : 20 % de la population l’aurait

Pourquoi certaines personnes sont-elles nées pour voyager? Enfin une explication scientifique! Combien de fois est-ce que je me suis demandée pourquoi j’étais incapable de rester au même endroit? Pourquoi ma curiosité d’explorer le monde guide mon existence? Le magazine Elite Daily a récemment publié un article qui recense plusieurs études sur ce sujet avec une approche centrée sur la génétique.

L’envie de voyager, littéralement dans notre ADN

Selon plusieurs scientifiques, nous qui avons toujours ce besoin d’aventures et de découvertes avons un ADN différent. Nous qui avons une curiosité insatiable aurions un gène coupable de cette envie constante de voyager. Ce gène, dérivé du gène DRD4, généralement associé au niveau de dopamine dans le cerveau, causerait un niveau élevé de curiosité, une attirance pour la nouveauté et la bougeotte. J’ai aussi lu que ce gène serait responsable  d’une tendance à essayer de nouvelles drogues, à l’infidélité et aux one-night stands, mais bon c’est un autre sujet… Restons avec ce fameux gène qui justifie ce besoin de voyager.

20 % des humains seraient porteurs du gène

Identifié précisément comme le gène DRD4-7R, les scientifiques l’ont gentiment surnommé le «Wanderlust gene». Bien qu’il semble que ce soit seulement une personne sur cinq qui en serait porteuse (20 % de la population), cela serait beaucoup plus présent dans les sociétés dont les ancêtres ont migré, donc beaucoup voyagé.

De nombreuses études, dont celle de Schilling, Walsh & Yun (2011) démontrent que les porteurs du gène du DRD4-7R ont une agitation qui les pousse à prendre des risques, à explorer de nouveaux endroits, à vivre de nouvelles expériences.

Baptisé le «gène du nomade»

Depuis le lancement de Nomad Junkies, nous recevons plusieurs témoignages de gens qui ont, comme nous, cette soif d’explorer et qui, j’imagine, sont porteurs de ce gène. Si 80 % des gens ne sont pas porteurs du fameux gène, ça explique pourquoi il y a beaucoup d’incompréhension de la part de notre entourage face à notre style de vie.  J’ai donc rebaptisé le DRD4-7R, le «gène du nomade» en hommage à tous ceux qui sont accros au mode de vie nomade.

Si tu le ressens, rassure toi, tu n’es pas seul!

Es-tu porteur du «gène du nomade»?

Est-ce que tu te reconnais dans cet extrait de Voyager pour échapper à la vraie vie (ou pour ne pas que la vraie vie t’échappe?) :

  • Nous avons soif d’aventures;
  • Nous sommes des rêveurs et explorons le monde en quête de nouvelles expériences;
  • Nous préférons le verbe «être» au verbe «avoir»;
  • Nous sommes fascinés par toutes les cultures; nous reconnaissons et apprécions la différence;
  • Nous croyons que les sourires sont universels;
  • Nous aimons les humains, mais adorons la nature;
  • Nous voulons nous créer des souvenirs partout dans le monde;
  • Nous ne manquons jamais une occasion de voir quelque chose de beau;
  • Notre zone de confort est en continuelle expansion;
  • Nous regardons toujours en avant, mais nous n’attendons jamais;
  • Nous ne voulons pas changer le monde, mais que le monde nous change.

 As-tu le voyage dans ton ADN?

The following two tabs change content below.

Emilie Robichaud

Co-fondatrice et rédactrice at Nomad Junkies
Je suis accro au mode de vie nomade ! Depuis plus de 4 ans, j’ai quitté ma zone de confort pour voyager à temps plein. Mon tour du monde sans fin compte plus de 53 pays et ça continue! Le voyage, c'est un style de vie et un état d'esprit! Joins-toi aux accros sur Facebook, Twitter et Instagram

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous Pourquoi voyager sans date de retour?
Next Portrait de nomade : Raphaël, globetrotteur en fauteuil roulant

1 Comment

Leave a Reply