Katmandou à l’Everest : 21 jours de trek par l’ancienne route

Katmandou à l’Everest : 21 jours de trek par l’ancienne route

Cette aventure a été possible grâce à The North Face Canada et Vans Canada 

Y’a deux façons de se rendre au camp de base de l’Everest : l’option #1 tu fais comme tout le monde en prenant l’avion jusqu’à Lukla et ensuite tu marches ou, plus alternatif, l’option #2 tu suis l’ancienne route des premiers explorateurs.

Crois-le ou non, c’est possible de partir de Katmandou et de te rendre jusqu’au camp de base de l’Everest sans prendre l’avion, sans guide, sans porteur. C’est ce que j’ai fait en suivant le trek nommé : «Jiri à l’Everest», une route népalaise utilisée par Sir Edmund Hilary et Tenjin Norge Sherpa en 1953, lors de la toute première ascension du mont Everest. Voici comment j’ai décidé de faire 21 jours de trek sur cette route méconnue.

Tu aimerais aussi : Fais-le par toi-même : 5 jours de trek solo en Patagonie

Les Annapurnas ou le camp de base de l’Everest?

Quand tu arrives à l’aéroport de Katmandou, tu entends déjà les voyageurs autour de toi se demander s’ils vont faire le trek des Annapurnas ou celui du camp de base de l’Everest. C’est LA fameuse question que tout le monde se pose! Difficile de décider!

Les Annapurnas semblent permettre aux randonneurs d’être en contact avec la culture des villages sherpas. Mais le tour complet des Annapurnas a perdu de son charme depuis la construction d’une route après Jomson, ça fait moins untouched mettons quand tu peux t’y rendre en auto.

Lorsque l’on prend le trek standard pour se rendre au camp de base de l’Everest, on est moins exposé à la culture des villages sherpas, mais on voit la splendeur des plus hautes montagnes au monde. En plus, c’est un exploit physique et symbolique de se rendre à ce fameux camp de base, celui où vont tous ceux qui ont gravi l’Everest.

Quel dilemme pour un premier voyage! J’avais le goût d’un mélange des deux, j’avais de l’intérêt envers la culture sherpa, mais je ne voulais pas laisser tomber l’idée d’apercevoir le sommet de tous les sommets. C’est ainsi qu’en cherchant, j’ai trouvé le jackpot!

Temple - Katmandou à l’Everest : 21 jours de trek par l’ancienne route - Nomad Junkies

Le trek : Jiri à l’Everest

Jiri à l’Everest : c’est un trek de 21 jours pour ceux qui ont le sens de l’aventure et qui sont prêts à relever un défi mental et physique. C’est exactement un bon mélange de culture sherpas et de beautés naturelles. Tu dois être prêt à dormir dans des villages authentiques sherpas, à traverser des ponts suspendus vertigineux, à t’époumoner, à te faire des ampoules sur les pieds et à admirer l’Himalaya : la plus haute chaîne de montagnes de la Terre. C’est aussi la meilleure option pour une acclimatation adéquate vu que l’altitude augmente progressivement.

Selon la saison, il peut faire froid la nuit, jusqu’à -15 degrés dans la chambre! Vaut mieux que tu amènes de l’équipement approprié acheté dans ton pays. Je suis arrivée au Népal avec mes bottes de trek, un bon sleeping bag, un duvet L3 The North Face – Summit Series, ainsi qu’une coquille L5 Gore-Tex® accompagné de plusieurs accessoires d’hiver (tuque, foulard, gants…).

À Katmandou : avant le départ

  • Rends-toi au Nepal Tourisme Board pour obtenir les permis nécessairesTIMS, Gaurishankar Entry Permit et Sagarmatha National Park Entry Permit (apporte des photos de type passeport et de l’argent cash).
  • Fais ton magasinage de provisions, médicaments et équipements de trek.
  • Laisse le reste de tes bagages (ceux inutiles pendant le trek) dans ta guesthouse. Tu peux les mettre dans un sac de plastique ou une boîte et l’entourer de gros ruban adhésif pour éviter que les curieux y scrutent l’intérieur. Les Népalais sont en général très honnêtes et les risques de vol sont minimes.

Début de l’aventure : Katmandou à Lukla

Pour débuter le périple, rends-toi à la station d’autobus de Katmandou pour 10 heures de trajet vers Jiri, le point de départ du trek. Les sept prochains jours te feront visiter des villages magiques et peu fréquentés par les touristes. Cette zone a été très touchée par le tremblement de terre, tout n’y est pas encore reconstruit, mais les propriétaires de lodges sont heureux de revoir à nouveau des visiteurs. C’est aussi la partie la plus exigeante physiquement de tout le voyage, les journées sont longues. Ça rend en forme!

Tu aimerais aussi : Voyager au Népal en backpack : 7 faits surprenants sur les «Tea Houses»

Jour 0 : Katmandou à Jiri en bus (1905m)

La ride de bus est plutôt inconfortable, mais c’est la dernière fois qu’on se déplace en engin à moteur pour les 21 prochains jours! Ça dure environ neuf heures avec la musique traditionnelle népalaise dans le tapis. Tu vas probablement arriver à Jiri à la noirceur. Le choix d’hébergement n’est pas très varié vu que ce n’est pas très touristique comme endroit.

Jour 1 Début du trek : Jiri à Shivalaya (176m)

Ça y est, avec ton sac à dos et tes bottes de trek aux pieds, c’est maintenant que ça commence! En théorie, il s’agit d’un trek de seulement 3 à 4 heures, mais ça risque de t’en prendre beaucoup plus si tu n’es pas en shape. Le training débute! Une marche après l’autre, tu te rends à 2400 mètres pour ensuite commencer à redescendre vers Shivalaya. En chemin, si tu as de la chance, c’est possible de visiter une école! L’ascension continue jusqu’au petit village de Shivalaya où tu y passeras la nuit. C’est l’une des communautés les plus charmantes de toute l’aventure! Les jolies maisons roses et le sourire des habitants vont te marquer.

École - Katmandou à l’Everest : 21 jours de trek par l’ancienne route - Nomad Junkies

Jour 2 : Shivalaya à Bhandar (2100m)

Après une nuit à Shivalaya, fais ton check-in au point de contrôle d’entrée dans le parc national Gaurishankar. La montée continue! Ce sera une vraie grosse journée où il faudra marcher sur un col de 2150 mètres puis redescendre et remonter un autre col de 2500 mètres.

Arrivé à Bhandar, on peut remarquer que les temples et les maisons ont vraiment subi la force ravageuse du dernier tremblement de terre. La reconstruction est lentement en cours. Le Shobha Lodge était le seul équipé pour recevoir des voyageurs et ce lodge est ouvert depuis 1980. Les propriétaires sont un couple âgé, on se croirait chez nos grands-parents! On mange du Dal Bhat (met traditionnel) avec eux en regardant la télévision en hindou.

Jour 3 : Bhandar à Sete (2600m)

Vers 6h du matin, après le petit-déjeuner pré-commandé de la veille, c’est un départ rapide en trek. Cette étape n’est pas des plus faciles, mais le village de Kenja, un village de montagnes qui a été complètement massacré par le dernier cataclysme, est l’endroit idéal pour se reposer sur l’heure du lunch.

La dernière ascension avant Sete est douloureuse, des centaines de marches! C’est en s’écroulant de fatigue qu’on arrive à Sete avec un grand sourire d’accomplissement!

Ruines - Katmandou à l’Everest : 21 jours de trek par l’ancienne route - Nomad Junkies

Jour 4 : Sete à Junbesi (2700m)

La journée recommence avec plein de motivation pour grimper jusqu’au col de Lamjura à 3530 mètres pour ensuite redescendre jusqu’à Nuntala. C’est une étape clé dans un processus d’acclimatation de monter plus haut pendant le jour et retourner plus bas pour y passer la nuit.

Le village de Junbesi est complètement charmant avec ses jolies maisons blanches entourées de drapeaux de prières colorés! On a l’embarras du choix pour l’hébergement et certains ont des salles communes chauffées.

Tea House - Katmandou à l’Everest : 21 jours de trek par l’ancienne route - Nomad Junkies

Jour 5 : Junbesi à Nuntala (2200m)

Après une montée jusqu’à 3080 mètres, on aperçoit pour la première fois l’Everest tout au loin! La vue devient de plus en plus majestueuse. Encore quelques descentes et quelques montées, avant d’arriver au village rustique de Nuntala.

Jour 6 : Nuntala à Kharte (2683m)

Après Nuntala, continue ton chemin en direction de Lukla où l’on doit désormais partager la route avec des centaines d’ânes qui transportent une multitude de choses, dont des bonbonnes de propane. Regarde bien ce que tu fais parce que les ânes eux ne le font pas et tu pourrais rapidement te retrouver en bas du ravin si tu n’y portes pas attention. Oui, c’est la course contre ces caravanes d’ânes!

Ânes - Katmandou à l’Everest : 21 jours de trek par l’ancienne route - Nomad Junkies

Jour 7 : Kharte à Lukla  (2860m)

À cette étape du périple, on commence à prier pour arriver le plus tôt possible à Lukla pour une journée de repos. Après sept jours de trek sans pause, les ampoules et les entorses sont nombreuses. On aperçoit plusieurs fois par jour un minuscule avion dans le ciel qui nous rappelle qu’on aurait pu prendre un vol de 20 minutes au lieu de se taper une semaine de trek! Mais non, on fait comme les vrais explorateurs! Almost there!

Jour 8 : Repos à Lukla

Ça y est, après quelques heures de trek, on arrive enfin à Lukla! C’est comme arriver dans une oasis, y’a du monde, des restos, des hôtels et même trois bars! Les gens risquent de te dire : «Bon retour!» et seront sans doute surpris de savoir que c’est ta première fois ici et que tu as marché de Katmandou!

On a l’air de revenir du camp de base de l’Everest tellement notre linge sent la sueur. Alors que la plupart des touristes arrivent en avion, tout frais, tout propre, tout beau, toi ça va déjà faire 7 nuits que tu sus ta vie en trek!

Jour 9 : Lukla à Monjo (2850m)

À Lukla, va te promener sur la piste d’atterrissage qui est en plein milieu du village (assez impressionnant) et prends un café au faux Starbucks (c’est une copie, ce n’est pas un vrai Starbucks, mais ça a tout l’air). Après s’être changé les idées, on repart en trek.

C’est là que tous tes efforts vont payer! À côté des autres touristes qui commencent leur randonnée ici, on est rendus des pros : rapides et agiles. Avec un sourire de fendant, on dépasse tout le monde même si on a commencé deux heures plus tard qu’eux (l’entraînement des sept derniers jours a vraiment porté fruit). Après cette petite journée, on s’arrête à Monjo pour y passer la nuit.

Jour 10 : Monjo à Namche Bazaar (3450m)

On continue à traverser des ponts qui donnent le vertige pour monter jusqu’à Namche Bazaar afin d’y passer la nuit question de s’acclimater. C’est également le dernier village pour y faire des provisions et retirer de l’argent jusqu’au camp de base. À noter qu’il y a seulement trois machines ATM et qu’elles ne prennent que Visa (pas de MasterCard).

Jour 11 : Journée d’acclimatation à Namche Bazaar

À Namche Bazaar, c’est similaire à Lukla : il y a des restos, des boulangeries et des bars. Profites-en pour manger un hamburger ou de la viande, ça risque d’être la dernière fois que c’est possible!

Sherpas - Katmandou à l’Everest : 21 jours de trek par l’ancienne route - Nomad Junkies

Jour 12 : Namche Bazaar à Debuche (3700m)

En quittant Namche Bazaar, on aperçoit rapidement les sommets enneigés. La route est très bien indiquée et assez large. Continue ta randonnée jusqu’au merveilleux monastère de Tengboche! Debuche, où l’on passe la nuit, est seulement à quelques minutes de là.

Jour 13 : Debuche à Orcho (4100m)

Après Debuche, les paysages sont à couper le souffle et tu longes une incroyable rivière jusqu’à Orcho. À noter qu’il n’y a qu’un seul lodge à Orcho, c’est pourquoi la plupart des groupes organisés vont directement à Pheriche ou Dingboche. Cependant, pour respecter la règle d’acclimatation, tu n’es pas supposé dormir à plus de 300 mètres d’élévation que la veille donc essaies de rester à Orcho.

Beaucoup de randonneurs dans ces groupes tombent malades à cette étape du périple vu qu’ils passent de Tengboche/Debuche (environ 3700 mètres) à  Pheriche (4371 mètres). Fais le calcul, c’est dormir à plus de 600 mètres en une seule journée! C’est le double de ce qui est recommandé!

Jour 14 : Orcho à Pheriche  (4371m)

La végétation a pratiquement disparu et on croise de plus en plus de yaks! Tu es sur le bon chemin vers le toit du monde et ça paraît! Cette journée est courte et ça devient plus un défi mental que physique. On se sent si proche du but, à seulement 19 kilomètres du camp de base, mais afin de s’acclimater on doit prendre son temps.

Jour 15 : Pheriche à Dughla (4620m)

À cette altitude, chaque pas est difficile et plusieurs personnes tombent malades. Prends du Diamox (des pilules génériques achetées à Katmandu contre le mal d’altitude) pour respirer plus facilement et éviter les maux de tête.

Quitte le village de Pheriche (c’est le dernier endroit avec un médecin) pour une autre petite journée avant de passer la nuit à Dughla. À Dughla, il y a seulement deux lodges, mais on y retrouve une mini-boulangerie! Miam!

Jour 16 : Dughla à Lobuche (4940m)

En quittant Dughla, ça monte et pas à peu près! Sur le chemin, on passe ensuite devant les tombes et les monuments commémoratifs de tous ceux qui sont morts sur l’Everest! Ça donne tout une ambiance!

Arrivé à Lobuche, c’est comme dans un camp de base lunaire : à cette altitude, il ne reste pas grand chose de vivant! Mais la vue de ta chambre risque d’être la plus folle que tu vas avoir de toute ta vie! On dirait une édition du National Geographic, ça paraît irréel!

Jour 17 : Lobuche au camp de base de l’Everest et nuit à Gorak Shep (5150m)

Après avoir dormi à Lobuche, continue ton ascension vers le fameux EBC (Everest Base Camp). Après une journée de trek, tu devrais te rendre juste avant le coucher du soleil au camp de base de l’Everest, ce lieu qui t’obsède depuis les deux dernières semaines. La joie ressentie quand on y arrive est indescriptible! Le camp est entouré de glaciers! C’est magnifique!

Si tu y vas en mars et avril, le camp est rempli d’équipes qui s’apprêtent à gravir le sommet. Le reste de l’année, c’est tranquille! En décembre, il y avait seulement un gars random avec sa tente!

Everest Base Camp - Katmandou à l’Everest : 21 jours de trek par l’ancienne route - Nomad Junkies

Jour 18 : Gorak Shep jusqu’au sommet du Kala Patthar et retour à Lobuche (4940m)

Passe la nuit à Gorak Shep, un village du bout du monde où plusieurs touristes téméraires se font évacuer en hélicoptère dû à des malaises d’altitude. Le lendemain matin, on se lance dans l’ascension du Kala Patthar à 5644 mètres. En deux ou trois heures, on arrive au sommet pour une vue 360 degrés qui n’a pas de prix!

Montagnes - Katmandou à l’Everest : 21 jours de trek par l’ancienne route - Nomad Junkies

Jour 19 : Lobuche à Debuche (3700m)

Sur le chemin du retour, c’est une autre game! Il n’y a pas de limite d’altitude ou de temps à respecter, donc pas de risque de maladie si tu vas trop vite. Alors tu clenches! C’est pratiquement une course pour une bonne douche chaude!

Sculpture - Katmandou à l’Everest : 21 jours de trek par l’ancienne route - Nomad Junkies

Jour 20 : Debuche à Monjo (2850m)

Après avoir redormi à Debuche, c’est rempli de bonheur d’avoir accompli cet exploit qu’on sent approcher la fin du périple! Les bobos et la fatigue sont à leur peak. La descente se fait en accélérée!

Jour 21 : Monjo à Lukla (2860m) – Fin du trek!

Yay! C’est le temps de célébrer la fin de ton exploit avec une bonne bière au pub irlandais accompagné d’un gros cheeseburger! C’est enfin le retour au bercail, à la civilisation!

Jour 22 : Vol par avion de Lukla à Katmandou

Lukla aéroport - Katmandou à l’Everest : 21 jours de trek par l’ancienne route - Nomad Junkies

Le vol du retour, d’une durée de 20 minutes (et dire que toi tu l’as marché en 7 jours au début de ton trip) est l’un des plus dangereux au monde. La piste d’atterrissage est très courte et le point de non retour rapproché. Il y a eu beaucoup d’accidents dans le passé dû à des bris mécaniques et des erreurs humaines. À ce point-ci, on s’en fou, c’est le vol du retour!

C’est le summum de l’accomplissement de voir ces immenses montagnes se rétrécir plus on monte en altitude!

Voilà! Ce vol scénique pour apercevoir à vue d’oiseau une dernière fois l’Himalaya marque la fin de cette aventure! Une autre option, si tu es vraiment crinqué, tu peux ajouter un autre six jours de trek à ton périple et revenir sur le même chemin que tu es arrivé. Sérieusement, enjoy le vol!

Es-tu prêt à accomplir ce périple par toi-même? Tu as des recommandations à nous suggérer? Laisse-nous savoir dans les commentaires!

On te suggère :

The following two tabs change content below.

Emilie Robichaud

Co-fondatrice et rédactrice at Nomad Junkies
Je suis accro au mode de vie nomade ! Depuis plus de 4 ans, j’ai quitté ma zone de confort pour voyager à temps plein. Mon tour du monde sans fin compte plus de 53 pays et ça continue! Le voyage, c'est un style de vie et un état d'esprit! Joins-toi aux accros sur Facebook, Twitter et Instagram

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous Portrait de nomade : 7 questions à Cassie de Sister Srey Café
Next Maldives : 10 raisons pourquoi ça devrait être ta prochaine destination de rêve

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply