Je pars avec un aller-simple… Ciao!

Je pars avec un aller-simple… Ciao!

Qui ne rêve pas d’un jour partir avec un billet d’avion aller-simple? Après je ne sais trop combien d’années à vouloir partir pour de bon, quitter le Québec à long terme, à avoir l’envie fulgurante de vivre un mode de vie alternatif, et bien… c’est là, juste devant moi. Dans exactement une semaine, je quitte pour l’Asie du Sud-Est, avec seulement mon billet one-way dans les poches.

«Y’a des p’tits bouts de moi éparpillés dans le monde. Pis ces p’tits bouts-là, je suis à veille de les retrouver.»

Bateau - Je pars avec un aller-simple... Ciao! - Nomad Junkies

Photo : @nomadic_sarah

Un billet aller-simple : un pur bonheur qui te tiraille le ventre

«Chaidjgndaejffneocha» 👈 c’est comme ça que je me sens. Et tu sais quoi? C’est tellement parfait comme ça. Les moments de pur bonheur à l’idée que je décampe de Montréal, les doutes, l’excitation, les incertitudes, l’inconnu si attrayant. Tout ça, je l’accueille avec l’impression que j’suis un peu bipolaire, mais aussi avec une certitude sereine.

Tu aimerais aussi : Voyager: un état d’esprit

Comment je pourrais bien t’expliquer ça?

J’te mens pas, y’a pas une personne dans mon entourage qui ne m’a pas dit : «Mais t’es folle! Ça prend du guts faire ça!». Je t’avoue que j’sais pu trop quoi répondre à ça… Cette décision-là, de déployer mes voiles et de laisser vivre la nomade en moi m’est venue tellement naturellement. C’est dans ma nature fondamentale. C’est intrinsèque à mon être. C’est tout simplement… moi!

Et ça, peu de gens le comprennent réellement.

Coucher de soleil - Je pars avec un aller-simple... Ciao! - Nomad Junkies

Photo : @nomadic_sarah

Faire le vide pour mieux se combler

À quelques semaines du départ, je vois mon appartement se vider tranquillement (what’s up Kijiji!). Pis j’trouve ça vide. Je commence tranquillement à ne plus me sentir chez moi. Même si certaines choses me rappellent que Montréal est là où j’ai grandi – l’odeur du gazon après la pluie, l’architecture si unique de la ville, les gens qu’on croise dans la rue, etc. Reste que… je me sens de moins en moins à ma place.

À travers tout ça, il vient aussi un moment où tu réalises que tu laisses des humains, des lieux, une carrière et des complicités tellement précieuses derrière toi. Et ce moment-là, il frappe à pleine figure.

Attends une seconde, je te déconstruis ça en deux temps trois mouvements :

✦ Oui, tu délaisses un emploi qui pourrait te mener loin et qui te rapporte un revenu stable et certain;

✦ Oui, tu quittes peut-être ton appartement de rêve, ou au moins un toit stable.

✦ MAIS! Qui te dit que ton boulot n’aura pas une place pour toi quand tu reviendras? Qui te dit que tu ne trouveras pas un autre emploi?

T’inquiète, tu auras de quoi manger tous les jours et tu te trouveras un p’tit bungalow sur la plage pas cher (point bonus s’il a une vue folle). Tu peux toujours, mais toujours, t’arranger pour travailler soit à distance, soit sur les lieux. Travailler en voyageant, c’est toujours possible.

Tout est toujours possible. Il y aura toujours une place pour toi quelque part. Choisis bien tes destinations, et ça te coûtera probablement bien moins cher là-bas que chez toi.

Des solutions, y’en a à la tonne. Et y’en aura éternellement. Rien n’est définitif. Tu peux toujours revenir.

Koh Tao rochers - Je pars avec un aller-simple... Ciao! - Nomad Junkies

Photo : @nomadic_sarah

L’éloignement : entre déchirement et acceptation

Il n’y a qu’une seule chose qui n’a pas de solution : tes amitiés et ta famille. Oui ils te manqueront, parfois à en crever le coeur. Ça, je ne peux pas te le déconstruire. Je ne peux pas te dire le contraire. À l’approche du départ, tu commences à dire des au revoir, des «je ne sais pas quand on se reverra, mais il y a Skype!».

Ces moments-là sont difficiles à vivre, je te l’accorde à 100 %. Les amitiés que tu créeras en voyage, aussi profondes soient-elles, ne remplaceront jamais celles que tu as à la maison.

Mais, quand le voyage est un instinct, tu ne peux pas t’en sauver. Quand il t’appelle, crie ton nom, tu dois partir… Malgré tout ce que tu laisses derrière.

Le voyage est mon oxygène

S’envoler sans date de retour, ça peut bien s’appeler un aller-simple, mais ce n’est pas si simple que ça. Partir, c’est aussi se choisir. C’est arrêter de vivre pour les autres ou pour ce qu’ils pensent et agir pour soi, pour ce qu’on veut vraiment et profondément. Dans le fond, le voyage c’est ma thérapie.

Le voyage j’en ai besoin pour respirer, avancer, pour fleurir, m’enrichir, m’épanouir! Quand tout ça est clair comme de l’eau de roche, il n’y a pas vraiment de questions qui se posent, nonobstant le reste.

Koh Tao Palmier - Je pars avec un aller-simple... Ciao! - Nomad Junkies

Photo : @nomadic_sarah

Alors… c’est tout ça partir avec seulement un aller-simple. C’est flotter entre l’appréhension et la joie. Entre un cri du cœur pour le dépaysement et des racines qui font partie de soi. Entre une soif de découverte et un besoin hésitant d’amarrage. Mais surtout, c’est le parfait mix de tout ça. Partir, c’est jongler avec toutes ces émotions-là.

Toutes ces émotions-là qui rendent le départ si beau.

Et toi, es-tu déjà parti à long terme? Comment as-tu vécu ça?

Assure-toi d’avoir le meilleur prix pour ton billet «aller-simple» en comparant les deals sur KiwiMomondo ou sur Flighthub!
The following two tabs change content below.

Sarah Cohen

Ambassadrice-Rédactrice at Nomad Junkies
Je veux découvrir le monde parce que je suis accro au mode de vie nomade ! Passionnée de plongée sous-marine et de danse, j'ai un "let's get lost" tatoué dans le front. Joins-toi aux Nomad Junkies sur Facebook, Twitter et Instagram

Commentaires

Laisse un commentaire

Previous Montréal, c'est grâce à toi que j'ai envie de m'évader!
Next Portrait de nomade : 7 questions à Valentine de Les flots

2 Comments

  1. Valérie
    October 17, 07:15 Reply
    C'est tellement exactement ça. Merci de mettre les mots dessus. Un truc qui va beaucoup me manquer ici (je pars en janvier), c'est la danse. As-tu développé des trucs pour trouver dans cours de danse dans d'autres pays? Aurais-tu des endroits à me recommander? Merci infini!
  2. Sarah
    October 19, 22:58 Reply
    Coucou Valérie! Merci à toi de me comprendre! ;) Ahh la danse me manque tellement aussi! Je n'ai jamais pris de cours de danse en Asie (encore!), mais j'ai entendu dire que dans les grosses villes du genre Bangkok, Hanoï, Ho Chi Minh et Tokyo il y a plein de d'écoles! Laisse moi savoir si tu en trouves une! ;)

Leave a Reply